Revue Presse : Littoral : la mer de nos vacances sous étroite surveillance


ML01300715.jpg

Un contrôle avec simple rappel des consignes de sécurité, mardi, au large de la plage des Aresquiers (Hérault).MAX BERULLIER

La campagne estivale bat son plein. Ce mardi, 63 plaisanciers ont été contrôlés de Sète au Grau-du-Roi. 15 infractions ont été relevées.

Nous sommes en vacances, les Français en profitent à juste titre. Ce n'est pas pour autant qu'il faut relâcher les efforts en matière de sécurité." 9 h, ce mardi matin, à la capitainerie de Sète, Frédéric Blua, administrateur des affaires maritimes de l'Hérault et du Gard, donne ses consignes aux agents de son unité, et aux douaniers, gendarmes, policiers envoyés traquer les incivilités sur la côte méditerranéenne et sur l'étang de Thau. L'opération est symbolique, pour un effort quotidien particulièrement appuyé de juin à septembre. L'été 2014, 441 contrôles ont été effectués chez les plaisanciers et les adeptes de loisirs nautiques, 27 procès-verbaux ont été dressés, 65 retraits provisoires de permis décidés.

Les comportements évoluent

Pour ce 28 juillet : 63 contrôles, 15 infractions (essentiellement des permis non présentés) et un PV pour vitesse excessive sur une zone non autorisée. Le chauffard est convoqué aujourd'hui devant la commission de retrait des permis, il risque dix jours de suspension. Un instantané fidèle des problèmes habituellement relevés : vitesse excessive dans la bande littorale des 300 mètres, non-conformité ou insuffisance des équipements obligatoires, sachant que la réglementation change en permanence. Pas toujours évident à suivre, mais les comportements évoluent : "On ne voit quasiment plus de propriétaires de scooter des mers conduire sans permis comme c'était le cas il y a dix ans.

C'était une activité à problèmes, qui ne fait plus parler d'elle en termes de dangerosité", souligne Frédéric Blua."Dans la quasi-totalité des cas, les contrôles se passent bien, les gens sont là pour se faire plaisir", ajoute l'adjudant Patrick Wechsler. Pour lui, la répression et la peur du gendarme finissent par "payer", dans une région qui a la culture du loisir nautique, avec 123 km de côtes totalisant plus de 15 000 anneaux sur les seuls départements du Gard et de l'Hérault : 5 600 nouveaux permis mer ont été délivrés en 2014 sur ces deux départements, particulièrement à Sète, première ville de France. Et Port-Camargue est le premier port de plaisance européen.

Ce qui change

Depuis le 1er janvier, en cas d’urgence, pour appeler les secours, il faut composer un seul numéro : le canal VHF 16 en mer, ou par téléphone le 196 (c’était auparavant le 112). Depuis mai 2015, une réglementation appelée “division 240” simplifie les règles de sécurité pour la navigation de plaisance en mer sur des embarcations de moins de 24 mètres : le chef de bord doit s’assurer que tous les équipements et matériels de sécurité sont embarqués (gilets, fusées...) ; dans la frange littorale, à moins de 2 milles nautiques de la côte, une combinaison ou un équipement de protection à flottabilité positive, s’il est porté, peut être substitué à un gilet de sauvetage. Pour être aperçu des secours, il faut avoir un bâton luminescent ou une lampe flash. Enfin, la VHF marine peut être utilisée dans les eaux nationales sans obtention d’un certificat de radiotéléphoniste. A partir de 6 milles, une VHF fixe sera exigée dès le 1er janvier 2017.

SOPHIE GUIRAUD

Publié le : Jeudi 30 juillet 2015
Commentaires ? | Page spéciale pour impression   Envoyer cet article à un ami : Revue Presse

Revue Presse : Littoral biterrois : prendre la mer en jet-ski en toute sécurité


ML01290715.jpg

Un jet à selle peut naviguer jusqu’à 6 milles d’un abri. NASSIRA BELMEKKI

Midi Libre 28/07/2015

Quelques règles à se rappeler avant de prendre le large.

"La dernière fois où nous avons porté assistance à un jet-ski, c'était il y a trois mois ! Il y a vraiment beaucoup moins de soucis" Ces dernières années, Patrick Toustou, le président de la Société nautique de sauvetage en mer (SNSM) et ses hommes d'équipage ont vu évoluer le comportement des amateurs de scooter des mers.

Si auparavant, certains accumulaient les infractions et se mettaient en danger plus que de raison, c'est beaucoup moins le cas. Dans leur ensemble, les navigateurs se sont responsabilisés et suivent la réglementation, conscients que c'est en partageant la mer avec les plaisanciers et les baigneurs qu'ils ne seront pas pointés du doigt.

Un permis côtier nécessaire

Piloter un jet-ski, dont la puissance du moteur est supérieure à 6 CV, demande d'être titulaire du permis côtier. Ce permis permet d'ailleurs de naviguer aussi sur les lacs et les plans d'eau fermés. Et attention, si un jet à selles, pouvant embarquer deux, voire trois personnes, peut aller jusqu'à 6 milles nautiques (environ 11 km) d'un abri, un jet à bras (pour une seule personne) ne peut pas aller au-delà de 2 milles : "Nous recommandons toutefois aux usagers de ne pas aller aussi loin et de rester plutôt en bord de côte," préconise Patrick Toustou.

Il faut aussi veiller à ne pas naviguer dans la zone des 300 m, exclusivement réservée à la baignade. Chaque navigateur doit également être équipé du matériel de sécurité obligatoire correspondant à la zone de navigation de son jet : moyen de repérage lumineux, bout de remorquage, coupe-circuit moteur en cas d'éjection du pilote... Et il vaut mieux être en règle, l'amende pour manquement de matériel de sécurité obligatoire pouvant grimper jusqu'à 1 500 €.

Des contrôles fréquents en mer

Quant à la vitesse, si elle est libre en mer, elle est limitée à 3 ou 5 nœuds dans les chenaux et les ports. Régulièrement, les autorités maritimes (gendarmerie ou affaires maritimes) effectuent des contrôles y compris de vitesse. Et se mettre à la faute coûte parfois très cher. Comme sur la route, un excès de vitesse peut être considéré comme un délit. En sachant que le bon sens et la responsabilisation de chacun sont aussi des éléments majeurs en terme de navigation !

Publié le : Mercredi 29 juillet 2015
Commentaires ? | Page spéciale pour impression   Envoyer cet article à un ami : Revue Presse

Revue Presse : L’hommage aux marins disparus en mer


ML02280715.jpg

Le bateau des officiels d'où le maire Gilles d'Ettore jette la gerbe à la mer suivi de la bénédiction des bateaux.DR

Midi Libre 27/07/2015

Un petit air de fête foraine avec cette bénédiction en haut de la Grande Roue, tout en gardant cette authenticité, cette tradition festive pour la 34e édition de la fête de la Mer. à Agde, dimanche matin.

Dès 10 h, ce dimanche, le quai Beaupré était noir de monde pour assister à la messe célébrée par le père Yannick Casajus et présidée par Monseigneur Pierre-Marie Carré, archevêque de Montpellier. Les plaisanciers et les vacanciers s'étaient joints aux familles agathoises pour cette messe en présence du maire, des élus comme le veut la tradition, et des Belles Agathoises en costume d'époque. Beaucoup d'émotion, de recueillement lors du prêche de l'archevêque parlant des rives de la Méditerranée dont certaines sont en grande souffrance.

Après l'office, direction le large

Un bel office suivi de l'embarquement direction le large. Magnifique vision de toute cette flottille prenant le sillage du bateau des officiels. Arrivés au large, les bateaux se sont positionnés, moteurs stoppés pour l'hommage aux marins disparus. L'archevêque a béni tous les bateaux puis le maire Gilles d'Ettore et le conseiller départemental Sébastien Frey ont jeté à la mer la gerbe qui a dérivé sous le nuage des fumigènes, déclenchant en même temps toutes les sirènes des bateaux. Un merveilleux moment à vivre au moins une fois dans sa vie.

Une ambiance festive malgré tout

Retour sur la terre où tout le monde s'est rendu en cortège au pied de la Grande Roue dans une ambiance très festive avec la peña du Gugus band. L'archevêque a pris place dans une nacelle aux côtés du père Yannick Casajus, du maire, et du conseiller départemental pour un moment solennel et inédit que cette bénédiction à 50 mètres de haut.

Publié le : Mardi 28 juillet 2015
Commentaires ? | Page spéciale pour impression   Envoyer cet article à un ami : Revue Presse

Revue Presse : Sète : un voilier en difficulté secouru


ML01280715.jpg

Le Marius-Oliveri l'a remorqué jusqu'au port.ARCHIVE Vincent ANDORRA

Midi Libre 27/07/2015

Il était en panne de moteur et de gréements 3 milles au large. Le canot de sauvetage de la SNSM l'a remorqué avec ses cinq occupants.

A 12 h 15, ce lundi 27, la sirène du sémaphore a retenti. Un voilier était en difficulté à 3 milles au large de Sète. Six hommes de la station de sauvetage de Sète ont aussi embarqué à bord du Marius-Oliveri. Le voilier, un "Ecume des mers" de 8 m de long, amarré à Sète, avait subi une double avarie de moteur et de gréements. A son bord, cinq personnes, dont des Canadiens et un skipper belge. "Ils étaient affolés", témoigne un membre de la SNSM. Deux d'entre eux sont montés à bord pour sécuriser le bateau et ses occupants. Le Marius-Oliveri a ensuite remorqué le voilier jusqu'au port de plaisance, où il a accosté vers 13 h 30.

Publié le : Mardi 28 juillet 2015
Commentaires ? | Page spéciale pour impression   Envoyer cet article à un ami : Revue Presse

Infocapagde : La cartographie accessible sur téléphone portable avec Navionics


Nous vivons une époque fantastique où les nouvelles technologies évoluent à grand pas. Il fut un temps où savoir où on se trouvait était angoissant, surtout par temps de brume. Le GPS a tout bouleversé et sa fiabilité n'est plus à démontrer. Il reste encore quelques réminiscences chez certains mais elles finiront par disparaitre avec le temps.

La cartographie électronique a remplacé le papier et quand on constate que le SHOM veut toujours faire payer le fruit d'un travail issu d'un service public, il y a tout de même un peu d'abus. Pour information les cartes américaines de la NOAA sont disponibles gratuitement sur le net.

Notre partenaire Navionics a tout compris en proposant un service de cartographie très élaboré à un prix très bas. Il a misé sur la vente d'un très grand nombre d'applications pour les téléphones portables, ce pari est réussi avec l'annonce fin avril 2013 de 1 million d’applications vendues.

Cet été, nous avons testé avec succès l'application sur un trajet Cap d'Agde/Ibiza. Elle fonctionne parfaitement bien et il faut avouer qu'il est très commode d'entrée dans un port avec la cartographie accessible en main, tout en étant à la barre, l'icone du bateau se déplaçant en temps réel sur la carte...

N'hésitez pas aussi à découvrir le lien vers les cartes dans le menu principal...

Lien vers Navionics

Publié le : Samedi 05 octobre 2013
2 Commentaires | Page spéciale pour impression   Envoyer cet article à un ami : Infocapagde

Le saviez-vous? : Se positionner en croisière


PHR2015-06-23.jpg

Si vous partez en croisière, positionnez rapidement votre navire sur la carte de géolocalisation du site, cela permet à vos proches, vos amis de vous suivre. C'est un service gratuit, simple d'utilisation, vous vous positionnez en deux clics!

Ne pas oublier de vous connecter sous votre identifiant car sans cela, l'opération est impossible. Bien entendu, il vous faut avoir du réseau internet et de votre téléphone, l'opération est réalisable depuis que nous avons développé la nouvelle version de l'application.

L'image ci dessus vous montre un positionnement virtuel à titre d'exemple.

Publié le : Mardi 23 juin 2015
1 Commentaire | Page spéciale pour impression   Envoyer cet article à un ami : Le saviez-vous?

Le saviez-vous? : Quel vent au Cap d'Agde


PHR2015-06-21.jpg

Connaissez-vous le lien Prévisions Tramontane dans la rubrique météo du site?

La cote languedocienne subit la tramontane qui souffle plutôt du nord-ouest.

La force de la tramontane dépend en général de la différence de pression: si la différence de pression entre Toulouse et le Cap Béar dépasse 4 hPa, il est fort probable que le Languedoc subisse des rafales de vent.

L'autan est un vent du sud-est. Comme pour la tramontane, sa force dépend de la différence de pression entre Toulouse et Cap Béar, mais à l'envers!

Les prévisions sont basées sur des évaluations statistiques des modèles météo (MOS – model output statistics) de Meteomedia, et sont sont mis à jour d'heure en heure.

Publié le : Lundi 08 août 2011
Commentaires ? | Page spéciale pour impression   Envoyer cet article à un ami : Le saviez-vous?

Infocapagde : Fête de la Nature en mer et sur l'Hérault


PR01280515.jpg

Photo Renaud Dupuy de la Grandrive

220 participants pour la Fête de la Nature en mer et sur l'Hérault et nouveau bol d'air marin à venir pour le Week-End Bleu !

Grand succès pour la Fête de la Nature autour de l'eau douce du fleuve Hérault et des rivages marins de l'aire marine protégée de la côte agathoise.

Samedi 23 mai c'est 220 personnes à bord des deux bateaux Cap Némo et Millésime qui ont pu découvrir les richesses à la fois patrimoniales et de biodiversité marine et fluviatile de notre cité agathoise.

Des animations conduites conjointement par les équipages de TransCapCroisière du Cap d'Agde et de AgdeCroisièrePêche du Grau d'Agde avec l'équipe de la direction du milieu marin de la ville d'Agde, qui gère ce site Natura 2000 d'intérêt européen. Ainsi, et malgré un temps gris l'après-midi, vacanciers et agathois ont pu mieux observer et écouter nombre de références historiques tant notre cité en est riche. Mais aussi d'autres histoires, naturelles celles-là, des poissons de l'Hérault aux herbiers de posidonies en passant le coralligène du Roc de Brescou ou les oiseaux marins et bien évidemment l'incontournable histoire d'un million d'années d'activité volcanique. L'occasion aussi de faire connaître les missions de gestion de ce territoire marin par la Ville d'Agde, en concertation avec les usagers maritimes, telles la mise en place de la plus grande zone de mouillages écologiques gratuite de notre région, pour les plaisanciers et les clubs de plongée.

Un bol d'air marin renouvelable dès ce samedi 30 mai pour le Week-End Bleu. L'animation à bord du Cap Nemo pour découvrir l'Aire marine protégée de la côte agathoise est ainsi reconduite, rendez-vous à 14h30 au Cap d'Agde, quai Miquel, retour à 15h30.

Participation de 5 € par personne.

Renaud Dupuy de la Grandrive
Ville d'Agde, Direction de la gestion du milieu marin Avenue des sergents, Le Cap d'Agde

Publié le : Jeudi 28 mai 2015
Commentaires ? | Page spéciale pour impression   Envoyer cet article à un ami : Infocapagde

Revue Presse : Hold up camouflé en vert sur les énergies renouvelables


PR01210515.jpg

Ludovic Grangeon Les Experts 05-05-2015

Le rapport 2015 de l’Agence Internationale de l’énergie vient d’être publié. Ce rapport insiste sur l’opportunité des énergies renouvelables. Il souligne toutefois que les investissements en recherche et développement sont notoirement insuffisants pour contribuer à la maturité de ces nouvelles technologies, très en retard sur leurs objectifs.

Où sont donc passés depuis dix ans tous les milliards de subventions, et les bénéfices engendrés par des tarifs ultra favorables rendant obligatoire l’achat des électricités renouvelables par les consommateurs sous forme de taxe comme la CSPE, à deux ou trois fois le vrai prix ?

Développement durable : faire de l'argent vite et bien

Ne cherchez pas ! Depuis dix ans, nos subventions ne sont pas allées vers la recherche développement d’industriels vertueux. Elles sont allées droit dans la poche de spéculateurs douteux qui avaient repeint leur façade en vert. Leurs discours n’ont jamais été suivis d’action. Une ministre verte avait repris sans sourciller une erreur de communiqué avez un zéro de trop à 130 000 emplois annoncés au lieu de 13000, ce dernier chiffre atteignant péniblement 3000 dans la réalité, dont seulement 650 opérationnels de terrain et beaucoup d’officines!.... et sans aucun chiffre officiel de Pôle Emploi ou de l’Insee.

Les panneaux solaires issus de vieilles licences chinoises et les éoliennes construites selon des procédés des années 50 ont permis de faire beaucoup d’argent facilement et rapidement, avec la complicité de certains élus, ou la naïveté d’autres. Le coût du panneau solaire entre la production et l’installation a parfois été multiplié par huit. Quant aux éoliennes, alors que le prix moyen du marché international les situe à 650 000 € pièce départ usine, il est fréquent de les voir facturées sur le terrain à près de deux millions pièce, ce qui fait une jolie culbute des intermédiaires.

Le green business en marche

Dans ces mystérieuses opérations, encore moins transparentes puisque les machines sont importées à 85 %, on ne voit pas le plus petit frémissement de centre de recherche, de contrat d’études avec des laboratoires de recherche sérieux. Tout au plus quelques cabinets de relations publiques bénéficient de « subventions » pour mieux faire le siège de personnages politiques alléchés ou dupés, ou de « conférences » notoirement surpayées.

Dans le palmarès des nouvelles fortunes, les nouveaux millionnaires se comptent par dizaines dans les énergies renouvelables. Ils sont sans doute plus car un certain nombre ont même l’indécence de « délocaliser » leurs intérêts, pourtant subventionnés à 100 % par le contribuable. Leurs fortunes totalisées représentent 2 à trois fois le chiffre d’affaires total annuel du secteur… en seulement quelques années…C’est le cas des associés de la filiale principale d’EDF qui ont tous logé leurs intérêts au Luxembourg, alors que des hauts fonctionnaires administrateurs représentant l’Etat siègent au Conseil d’administration, ainsi que des administrateurs indépendants. Peut-être n’avaient-ils pas leurs lunettes ce jour-là ?

Les sociétés d’exploitation sont saignées à vif pour faire remonter les dividendes à ces millionnaires pressés qui savent bien qu’un jour la combine finira par se voir. Et plus, personne ne comprend encore vraiment les flux financiers considérables, totalement occultes dans leurs comptes, des certificats énergie et carbone qui s’échangent dans des marchés gris internationaux. Un banquier américain disait récemment qu’une éolienne était beaucoup plus rentable si elle ne marchait pas, simplement grâce à la revente de certificats d’énergie aux principaux pollueurs internationaux qui s’en servent pour continuer à faire fonctionner leurs projets les plus polluants et les plus rentables. Il est même probable que les certificats de certaines installations sont revendus à plusieurs opérateurs en même temps alors que c’est strictement interdit, mais comme aucun organisme global ne les contrôle… Paradoxalement, le rapport de l’Agence Internationale de l’Energie permet de lever un peu plus le coin du voile.

Publié le : Jeudi 21 mai 2015
2 Commentaires | Page spéciale pour impression   Envoyer cet article à un ami : Revue Presse

Infocapagde : Tous en mer pour la fête de la nature


01200515.jpg

Venez prendre l'air marin à bord du Cap Némo ou de l'Azur en partant à la découverte de l'Aire marine protégée de la côte agathoise.

Avec l'équipe de la direction du milieu marin de la Ville d'Agde qui gère ce site d'intérêt européen classé Natura 2000 de 6152 hectares, venez profiter de l'histoire volcanique des falaises du Cap d'Agde et de l'île de Brescou, des oiseaux marins, des richesses sous-marines mais aussi du travail de l'équipe pour les protéger et les valoriser.

  • A partir du Cap d’Agde avec le bateau Aquavision, Cap Nemo
    départ du Cap d'Agde, quai Miquel, à 11 h et retour à midi
    Inscriptions obligatoires TransCapCroisières au 06 08 47 22 32

  • A partir du Grau d'Agde, la côte agathoise avec un bonus pour remonter le fleuve Hérault jusqu'à Agde, avec le bateau l’Azur,
    départ 15 h, au 11 quai Commandant Méric, retour 17 h
    Inscriptions obligatoires AgdeCroisièrePêche au 06 08 46 60 94

Les deux sorties sont ouvertes à tout public, petite documentation remise à bord, participation de 5 € par personne, vous êtes en mer, pensez à vous couvrir…et à vos jumelles !

Les animations seront annulées en cas de mauvaise météo.

Ville d'Agde, Direction de la gestion du milieu marin

Publié le : Mercredi 20 mai 2015
Commentaires ? | Page spéciale pour impression   Envoyer cet article à un ami : Infocapagde

Revue Presse : Une semaine chargée pour la SNSM d'Agde


ML01180515.jpg

La vedette SNS 211 est intervenue trois fois cette semaine pour porter assistance aux plaisanciers
ILLUSTRATION / DR

Midi Libre 18/05/2015

Les bénévoles sont sortis trois fois. Jeudi 14 mai, notamment, le vent a surpris les plaisanciers.

Grosse semaine pour la SNSM (Société nationale de sauvetage en mer) d'Agde. Jeudi 14 mai, en début d'après-midi, alors que la mer est belle, les plaisanciers locaux profitent des conditions estivales pour une sortie en mer. Mais le vent s'oriente soudainement au nord-ouest, avec des rafales à plus de 25 nœuds, provoquant chez bon nombre de navigateurs la surprise, voire de la difficulté. À 17 h, le Crossmed mobilise l'équipage de la SNSM pour porter assistance à un voilier en panne moteur qui demande de l'aide en vue de rentrer au port du Cap-d'Agde.

Des équipiers sur canoë pneumatique viennent en appui pour surveiller le convoi

Quelques minutes plus tard, c'est un autre voilier qui sollicite une assistance, une demande qui sera ensuite annulée, le plaisancier ayant réussi à faire re-démarrer son moteur. La vedette SNS 211 s'élance en mer avec six équipiers pour assister le premier requérant qui est vite repéré puis remorqué jusqu'au port du Cap, à vitesse lente (les creux atteignant jusqu'à 1,50 m). Des équipiers sur canoë pneumatique viennent en appui pour surveiller le convoi.

Celle intervention était en fait la 3e de la semaine pour la SNSM Agde. "Beaucoup ont été surpris de voir le vent tourner au nord-ouest et fraîchir rapidement mais la météo avait prévu l'événement, qui est loin d'être un cas rare en Méditerranée. La prudence amène donc à anticiper les difficultés en consultant la météo par les différents moyens dont on peut disposer", rappellent les responsables de la station, laquelle fonctionne grâce à l'engagement d'une vingtaine de bénévoles qui peuvent être appelés à tout moment, 365 jours par an, 24 heures sur 24.

Publié le : Lundi 18 mai 2015
Commentaires ? | Page spéciale pour impression   Envoyer cet article à un ami : Revue Presse

APAC : Troc nautique de l'APAC le 31 mai 2015


Le dimanche 31 mai aura lieu, quai de la Trirém, au cap d'Agde, de 9 à 17 h 00 le troc nautique de l'APAC.

C'est l'occasion de vendre son  matériel  nautique que vous n'utilisez plus, accastillage, voiles, electroniques, mais toujours en bon état et toujours susceptible de rendre service pour une deuxiéme vie .

N'oubliez pas de vous inscrire auprés de jean-pierre.perseguers@orange.fr

 

APAC_1431672524.jpg

Publié le : Samedi 16 mai 2015
Commentaires ? | Page spéciale pour impression   Envoyer cet article à un ami : APAC

Courrier lecteurs : Méfiance aux abords de Brescou


Je souhaite informer les plaisanciers du Cap que cest la deuxième fois que je m'enquille un filet de pêche sous mon bateau situé entre Brescou et la Lauze.

Je m'en suis sorti miraculeusement avec un grand coup de marche arrière, et j'ai dû faire lever mon bateau pour sortir les restes du filet entortillé sur mon arbre. Je me promenais avec ma famille, deux petites filles de 1 an et 6 ans à bord.

Je trouve déplorable que des pêcheurs inconscients laissent flotter des filets qu'ils ont coincés dans les rochers, sans signaler ce danger à la capitainerie du port.

Publié le : Vendredi 15 mai 2015
2 Commentaires | Page spéciale pour impression   Envoyer cet article à un ami : Courrier lecteurs

Revue Presse : L’Amadeus ne peut pas rejoindre L’Hermione


1157490_148_obj7483662-1_667x333.jpg
Le morutier sétois restera donc, de guerre lasse, en Méditerranée.© D.R

Midi Libre 05/05/2015

Le bateau sétois jette l'éponge en raison de la réglementation américaine.

Si L'Hermione - cette réplique du navire de La Fayette - vient d'arriver aux Canaries, c'est cuit (cuit) pour que l'Amadeus le rejoigne. Le morutier sétois avait été choisi par le yacht-club de la Marine Nationale, basé à Toulon, pour être une sorte de navire pilote de la glorieuse frégate française à travers l'Atlantique puis tout au long de ses escales américaines.

Les règles de sécurité communiquées tardivement

"Ce n'est pas de gaieté de cœur que nous sommes obligés d'annuler notre voyage aux côtés de l'Hermione", explique Jean-Christophe Causse, le capitaine de l'Amadeus, qui a attendu jusqu'au dernier moment pour se décider. Et de préciser "nous avons été informé trop tardivement des règles de sécurité qu'exigent les douanes américaines pour recevoir des visites à bord, ce qui constituait notre principale ressource pour équilibrer notre budget."

En gros, et pour résumer, la réglementation des Etats-Unis impose que ces visites doivent être accessibles à tout le monde. Il aurait donc fallu “grignoter” des éléments du pont de ce bateau classé d'intérêt patrimonial pour que les fauteuils roulants puissent circuler. Des toilettes spéciales devraient également être installées tout comme deux passerelles réglables. En outre, l'Amadeus devait fournir un certificat de franc-bord et un document officiel de moins d'un an prouvant l'épaisseur de la coque. Trop tard et trop cher pour le budget.

Et encore, Jean-Christophe Causse a appris les détails de cette réglementation à la lecture d'un mail entre l'équipage de L'Hermione et ceux des “coast-guards” américains. Car la réplique française a connu les pires difficultés pour être acceptée sur les côtes américaines. Pour les mêmes motifs. "Elle n'a reçu son feu vert que quinze jours avant de partir", précise le capitaine sétois.

Les demandes de dérogations rejetées

Toutes ses demandes de dérogations, appuyées par les responsables américains de la flotte de vieux gréements, ont été rejetées. "Le navire s'est préparé tout au long de l'année pour ce voyage de 9 000 milles (17 000 km, NDLR), mais c'est prendre un trop grand risque d'amende ou même de saisie si nous étions imparfaitement en règle, commente Jean-Christophe Causse. C'est comme ça. Mais il n'est pas dans notre propos de critiquer les règles de sécurité demandées."

Le navire sétois, l'un des deux derniers morutiers français, va donc rester en Méditerranée. Un terrain de “jeu” plus petit. Mais sympa.

PHILIPPE MALRIC

Publié le : Mercredi 06 mai 2015
Commentaires ? | Page spéciale pour impression   Envoyer cet article à un ami : Revue Presse

Revue Presse : Sète : un nouveau yacht-club déjà dans le vent


1156835_782_obj7477977-1_667x333.jpg
Jean-Louis Lœb, président-fondateur du yacht club classique cettois (Y3C). DR

Midi Libre 04/05/2015

Jean-Louis Lœb a organisé ses premières régates ce premier week-end de mai.

Il a mis huit ans à restaurer Kaique. Un "Carter 40" (du nom du mythique architecte naval Dick Carter) de 12 m, conçu en 1970, qui est le dernier de son genre (grand Tina) en France. Kaique est aussi le petit frère de Coriola, à bord duquel Tabarly s'entraînait avant son premier Pen Duick.

Jean-Louis Lœb parle de son “bébé” avec fierté, mais sans forfanterie. "Ouverture, partage, transmission" sont des mots qui reviennent souvent dans les propos clairs et carrés du président-fondateur du Yacht-club classique cettois (Y3C en abrégé). Une toute jeune association qui vient d'organiser ce week-end, avec succès, ses premières régates.

Patrimoine nautique

Si Jean-Louis Lœb a tenu à conserver l'orthographe à l'ancienne de l'adjectif “sétois” (avant 1927), c'est bien sûr qu'il est très attaché à l'histoire et au patrimoine nautique de l'Île singulière. La douzaine de bateaux qui ont participé à cette première édition ne pouvaient qu'être amarrés entre le port de plaisance de Saint-Clair et le Cul-de-Bœuf, "dans ce qu'on appelait le Vieux Port, au pied de la Consigne et du Souras-Bas, là où se trouvait le siège de la société nautique", elle-même issue des Régates cettoises organisées dès 1863. "La prud'homie nous a aimablement autorisés à occuper ce plan d'eau durant le week-end. La Ville et l'EPR-Port Sud de France nous ont aussi aidés pour ce week-end de lancement de l'association".

Un week-end parfaitement organisé, comme ont pu le constater les équipages et le public. Il faut dire que Jean-Louis Lœb est loin d'être un bleu. Cet ancien électronicien sur bateaux de pêche a bourlingué de port en port, participé en 1978 à la construction d'un trimaran pour la Route du Rhum, avant de se lancer dans les régates, notamment sur l'étang.

"Concilier compétition et convivialité"

Il a aussi une idée très précise de ce qu'il compte faire avec son équipe à la barre du Yacht-club : "Il s'agit d'animer le port de Sète avec des régates de voiliers classiques, ceux d'avant 1975, qui étaient les premiers bateaux de compétition, et tout simplement de les montrer au public. Certains sont des bijoux, leurs propriétaires ont consenti de gros efforts personnels pour les restaurer." Et de citer par exemple le Marseillanais André Tobal et son splendide Othona, un cotre bermudier de 1937 qui avait coulé dans le canal du Midi.

Tout en voulant concilier "compétition et convivialité", Jean-Louis Lœb met en exergue ce qu'il appelle la vocation sociale de Y3C : celle de "favoriser l'embarquement de jeunes licenciés des clubs de voile sur ces bateaux classiques". Ce qui a été le cas lors de ces premières régates.

Le cap est désormais mis sur l'édition 2016, avec l'espoir que cette nouvelle manifestation soit validée par l'Association française des yachts de tradition et inscrite dans le calendrier. Il semble bien néanmoins que pour Y3C, les vents soient favorables.

0M.C

Publié le : Mardi 05 mai 2015
Commentaires ? | Page spéciale pour impression   Envoyer cet article à un ami : Revue Presse

Infocapagde : Sleep de la zone technique


PR01300415.jpg

L'accès au sleep de mise à l'eau de la zone technique est maintenant réservé aux professionnels de la zone technique et aux plaisanciers du bassin V.

Le stationnement des remorques est réglementée et le service de grutage est l'interlocuteur de ces usagers.

Il n'est pas précisé si le service demeure payant.

Publié le : Jeudi 30 avril 2015
Lire la suite... | Commentaires ? | Page spéciale pour impression   Envoyer cet article à un ami : Infocapagde

Revue Presse : Trois marins-pêcheurs secourus après chavirage au large de Frontignan


le-dragon-34-est-intervenu_1414075_667x333.jpg

Le Dragon 34 est intervenu.DR

Midi Libre du 28/04/2015

Mardi 28 avril, en milieu de journée, le CrossMed a engagé les vedettes DF 16 et 19 de la douane, l'hélicoptère Dragon 34 de la sécurité civile et des patrouilles terrestres des sapeurs-pompiers.

Mardi 28 avril, en milieu de matinée, le CrossMed, à la Garde (centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage) a été avisé par l'unité du littoral des affaires maritimes de Sète du chavirement du navire de pêche Thom et Jerry avec trois personnes à son bord à environ 3 nautiques (5,4 km) au large du port de Frontignan (34) dans la zone conchylicole Des Aresquiers.

Deux marins pêcheurs accrochés à la coque

Le CrossMed a engagé les vedettes DF 16 et 19 de la douane, l'hélicoptère Dragon 34 de la sécurité civile et des patrouilles terrestres des sapeurs-pompiers. La vedette de la douane DF 16 a secouru deux marins pêcheurs accrochés à la coque puis, guidé par le sémaphore de Sète, a récupéré le troisième homme d'équipage qui tentait de rejoindre la côte par ses propres moyens. Les marins pêcheurs ont été transférés au port de Frontignan et pris en charge par les secours. La vedette DF 19 de la douane a remorqué le chalutier et aucune pollution n'a été constatée.

Ce 28 avril, également, en début d'après-midi, au large de La Grande-Motte (34), le Cross la Garde a coordonné l'hélitreuillage par l'hélicoptère de la Sécurité Civile Dragon 34 d'un kite-surfer et la récupération de son matériel par un moyen de la SNSM (société nationale de sauvetage en mer).

Publié le : Mercredi 29 avril 2015
Commentaires ? | Page spéciale pour impression   Envoyer cet article à un ami : Revue Presse

Revue Presse : La Sodeal dans le viseur


Midi Libre du 28/04/2015

Le CDPCA (collectif des plaisanciers du Cap d'Agde), présidé par Evelyne Portier, vient de publier sur son site internet une lettre ouverte au président directeur général de la Sodeal Jean-Luc Chaillou.

La Sodeal étant, rappelons-le, la société d'économie mixte qui gère les ports d'Agde, plusieurs campings et le centre nautique.

Dans ce courrier acéré sont dénoncées des "anomalies de gestion qui portent préjudice aux usagers du port".

En résumé, selon le collectif, "la Sodeal vit au dessus de ses moyens sur le dos des usagers du port". Et de pointer du doigt l'embauche récente de Jean-Louis Cousin, "les déficits du centre nautique et des campings", la hausse du prix de la place de port.

La lettre s'achève par un rappel ferme et menaçant : "Vous avez des comptes à rendre à votre conseil d'administration. Dans le cadre d'une procédure judiciaire à l'encontre de la Sodeal, votre rôle vous exposera au premier plan".

Publié le : Mercredi 29 avril 2015
Commentaires ? | Page spéciale pour impression   Envoyer cet article à un ami : Revue Presse

Infocapagde : Le "Signe" au Cap d'Agde


PR01270415.jpg

Le voilier SIGNE de 112 pieds, construit par Renaissance Yachts en 1990, est un superbe ketch Bermudes unique avec quille relevable.

Il séjourne actuellement dans le port et mérite le déplacement.

Ses mâts sont en aluminium, et le plan de pont assez classique avec ses habillages bois, lui donne une touche classique bien que le voilier soit récent.

Le voilier est actuellement proposé à la vente pour 1 600 000 €uros.

Publié le : Lundi 27 avril 2015
Commentaires ? | Page spéciale pour impression   Envoyer cet article à un ami : Infocapagde

CDPCA : Lettre ouverte au Président Directeur Général de la Sodeal


Monsieur le Président Directeur Général de la Sodeal

Nous avons, à plusieurs reprises, attiré votre attention sur de nombreuses anomalies de gestion de la Sodeal qui portent préjudice aux usagers du port.

Aujourd’hui, alors que les comptes de la Sodeal sont douteux, que la Sodeal vit au-dessus de ses moyens sur le dos des usagers du port, vous avez l’audace de nommer un nouveau « Directeur», Mr Cousin, dont la fonction nous échappe après avoir embauché Mr Tauller, Directeur général délégué, pour remplacer Mr Boucher, Directeur, qu’il aura fallu indemniser pour obtenir son départ.

Nous vous rappelons quelques autres anomalies qui sont souvent des infractions au code des ports et à la Délégation de Service public sur lesquelles nous avons attiré votre attention dans le but d’y remédier :

  • La convention avec les palangriers auxquels vous leur avez privatisé une partie du port que vous avez clôturé en ne leur faisant payer que la moitié du coût des places de port est illégale.

  • Le scandale des marinas, dû essentiellement à votre prédécesseur, Monsieur Sébastien Frey, qui n’a pas mis fin aux contrats d’amodiation de leurs places de ports, ce qui aurait dû être fait à échéance depuis 2007 pour les premiers d’entre eux, faisant perdre à la Sodeal, donc à nous les usagers du port, plus de un million et demi d’euros.

Les propriétaires des marinas ne paient que 20% du prix normal, et apparemment, ça continue…

Il est vrai que, depuis que vous avez pris vos fonctions, vous avez cherché à remédier à cette énorme infraction quand, après les conseils de vos avocats, vous avez signifié aux propriétaires des marinas que, les contrats d’amodiation ayant pris fin, le coût de leurs places de port devait être normalisé en 2015.

Ceci était très bien, sauf que maintenant, vous faites machine arrière, ce qui vous rend doublement coupable.

Vous avez publié les comptes de la Sodeal. Outre le fait qu’ils semblent présenter des anomalies grossières, on constate, de manière évidente, que toutes les activités de la Sodeal, sauf le port du Cap d’ Agde, sont déficitaires, que ce soit le centre nautique ou les trois campings alors qu’il est de notoriété publique que tous les campings de la région littorale sont largement bénéficiaires et enrichissent leurs propriétaires.

Croyez-vous vraiment que c’est normal que ce soit les usagers du port dont la plus grande majorité a de petits revenus qui doivent éponger les déficits du centre nautique et des campings.

Cette charge injustifiée due à la mauvaise gestion de la Sodeal devrait, à minima, être prise en charge par la municipalité et serait plus justement répartie sur l’ensemble des agathois.

Nous considérons que la comptabilité de la Sodeal n’a pas besoin d’une charge supplémentaire du salaire d’un directeur supplémentaire.

Pour ne pas alourdir nos propos, nous passerons sous silence tous les autres sujets présentant des anomalies ou infractions dont nous vous avons entretenus.

Pour compenser la très mauvaise gestion de la Sodeal, vous avez fortement augmenté le prix de la place de port en 2015 en infraction avec la délégation de service public alors que les autres ports de la côte n’ont pas modifié leurs prix.

Alors que vous savez très bien qu’il vous faut limiter les dépenses, vous les augmentez.

Vous avez beau dire aux professionnels de la zone technique et aux plaisanciers que toutes ces exactions ne sont pas de votre fait. Cette réponse n’est pas en adéquation avec le poste que vous occupez.

Vous êtes le PDG de la Sodeal, vous êtes le seul responsable, vous avez des comptes à rendre à votre conseil d’Administration.

Dans le cadre d’une procédure judiciaire à l’encontre de la Sodeal, votre rôle de Président Directeur Général vous exposera au premier plan.

Nous vous demandons instamment de mettre fin à toutes ces malversations et de vous mettre en conformité avec la législation.

Publié le : Dimanche 26 avril 2015
3 Commentaires | Page spéciale pour impression   Envoyer cet article à un ami : CDPCA