InfoVent InfoMer
14-08-2022 à 00:28

ENE   5 Noeuds

Rafales   10 Noeuds

Température mer 22°C

Historique

InfoNavigation
InfoSondage
Êtes-vous favorable à l’installation d’éoliennes en mer ?
Résultats  Anciens sondages
  • Votes : 156
  • Commentaire(s) : 3
InfoRigolo
Même salée, l'eau est mouillée. Ce n'est pas par hasard.
InfoVidéos

Publiée le 05-06-2022

InfoLocalisation
InfoTroc

1 Annonce(s) publiée(s)

Navires
Voiliers
Bateaux à moteur

Consulter

InfoMèl
Recevez par mail les nouveautés du site.
InfoDon
Contribution à l'indépendance du site en le soutenant financièrement

InfoThèque

Revue Presse : Les marins s´opposeront à ce que l´on déplace les bateaux

ML01040512.jpg
Les marins, exemplaires depuis 4 mois, commencent à perdre patience. (V.D.)

Midi Libre 03/05/2012

Si la piste d’une reprise de la ligne par l’Italien GNV se confirme, il faudra “stocker” les ferries ailleurs. Ça risque de coincer. Les services de police sont prévenus : les marins qui nous ont mandatés s’opposeront à tout déplacement des navires dans l’enceinte du port tant que leurs salaires n’auront pas été réglés". On ne saurait être plus clair. Alors que depuis hier, les quelques 200 marins de la Comanav ferries-Comarit bloqués à Sète attendent une décision “imminente” venant du Maroc, le représentant d’ITF, Lilian Torrès, est sceptique sur ce que pourrait être la réaction de ceux qui ont mandaté le Syndicat international des transports pour défendre leur cause. Notamment si la solution retenue est celle de la location de la ligne à une autre compagnie (*) , ce qui conduirait automatiquement l’EPR Port sud de France à vouloir libérer les quais.

D’autant que selon un proche du dossier, "la Région se fait pressante sur la possibilité de déplacer les navires dans un espace du port où ils seraient moins gênants. Si cela se concrétisait, ce serait vraiment l’enlisement..."

"Les équipages sont très remontés" Lilian Torrès, représentant d’ITF

Bloqués depuis quatre mois (cinq pour le Bni Nsar) dans le port de Sète, les navires de la compagnie et les marins qu’ils abritent sont suspendus à la décision qui pourrait être prise dès ce soir. Trois pistes étaient jusque là évoquées. La première, la reprise temporaire de la ligne par la compagnie Grandi Navi Veloci (GNV), qui assurerait les rotations, avec au moins deux de ses navires, pendant une période indéterminée, semble être celle qui tient la corde. Et qui séduit le plus les autorités portuaires. La seconde est la solution que chacun semblait privilégier il y a quelques jours : la recapitalisation de la Comanav ferries-Comarit par les banques et la CMA-CGM (qui aurait accepté de transformer ses créances en participation). La troisième (et la moins probable ?), serait la mise en place d’un nouveau montage financier par l’actuel propriétaire, qui sauverait ainsi la compagnie.

Ce sont en tout cas "des équipages très remontés", si l’on en croit le syndicat ITF, qui attendent la décision susceptible de tomber ce soir.

Inutile de préciser que toute option permettant aux marins de conserver leur emploi serait un soulagement. Si, en revanche l’option GNV se confirme, un mouvement de colère n’est désormais plus à exclure.

Pa.C

(*) Un appel d’offres avait été lancé en ce sens.



Publié le : Vendredi 04 mai 2012