Inforigolo
Ramer c'est avancer, mais avancer c'est pas ramer!
Infosondage
Etalement des paiements place de port sans frais vous êtes
Résultats  Anciens sondages
  • Votes : 920
  • Commentaire(s) : 3
Nos vidéos

Publiée le 18-01-2020

Etre informé

Recevez par mail les nouveautés du site.

Géolocalisation des navires
Faire un Don
Vous aimez le site et désirez le soutenir financièrement.
Les bateaux du Cap
Vus en croisière
Photothèque
Photos du passé
Réseaux sociaux

​Revue Presse Salon nautique au Cap-d'Age : on se prépare

ML02141021.jpg

Midi Libre 14/10/2021

Sur la zone technique du Cap-d’Agde, les premiers semi-remorques chargés des structures qui abriteront, du 28 octobre au 1er novembre, le village d’exposants du Salon nautique, ont commencé à décharger leur cargaison mercredi 13 octobre.

À maintenant deux semaines de cette 22e édition, on s’active également dans les bassins, où les bateaux qui seront à la vente, mais aussi les derniers modèles d’exposition, s’amarrent progressivement. À noter que le salon proposera aussi treize conférences pratiques, mettant en lumière les nouvelles évolutions de la plaisance et les tendances du marché.

Ces conférences auront leur chapiteau dédié, situé à l’entrée de la zone technique (côté avenue de la Jetée). L’entrée sera libre, sans réservation préalable, dans la limite des 80 places disponibles et dans le respect des consignes sanitaires en vigueur.


Publié le : Jeudi 14 octobre 2021

​Revue Presse Suite à une panne de moteur, un jet-ski et son pilote dérive pendant trois longues heures

ML01141021.jpg

Midi Libre 13/10/2021

À 17 h 30, lundi 11 octobre, le Cross med a engagé l’équipage de la vedette de la SNSM d’Agde car le pilote d’un jet-ski était en panne de moteur, devant Valras.

Le pilote et son embarcation étaient à la dérive depuis 14 h. Ils ont été récupérés tous les deux à 6 miles de la côte par les sauveteurs agathois. Le pilote a été transbordé sur la vedette de secours en mer et le jet pris en remorque. Ils ont été ramenés jusqu’au port de Sérignan, sur l’Orb, d’où était parti le plaisancier en début d’après-midi.


Publié le : Jeudi 14 octobre 2021

​Revue Presse La SNSM a effectué 43 sauvetages depuis le début de l’année

ML01041021.jpg

Midi Libre 04/10/2021

Le 15 septembre dernier, dans une mer déchaînée, plusieurs baigneurs trouvaient la mort sur le littoral languedocien, dont un à Agde. Ce jour-là, l’équipage de la SNSM, appelé en soutien dans l’après-midi, a connu une belle frayeur : une vague plus traître que les autres a, en effet, couché le bateau, qui n’a heureusement subi que des avaries mineures. Une piqûre de rappel (et une belle frayeur) pour l’équipage de la station agathoise, qui s’en est bien tiré, mais aussi pour les baigneurs imprudents, qui prennent et font prendre des risques aux sauveteurs. "Un incident que l’on a bien sûr débriefé", explique Michel Mathieu-Daudé, président de la station locale de la SNSM.

Vingt-deux bénévoles engagés tout au long de l’année "Heureusement, nous étions très bien équipés." Cette délicate intervention est le point culminant d’une saison estivale "plutôt dans la moyenne". Depuis le début de l’année, sur les soixante-douze sorties enregistrées (les entraînements et les participations à certains événements sont comptabilisés, NDLR), quarante-trois sont le fait de sauvetages en mer. "En gros, nous sommes sur les bases de l’année dernière", poursuit Michel Mathieu-Daudé. Pas de drame à ce stade, contrairement à l’an passé, avec la disparition de deux marins au mois de novembre dans le naufrage du Romain-Luca, mais de nombreux remorquages suite à des pannes moteur. La routine quoi, pour un équipage qui compte aujourd’hui vingt-deux personnes, dont dix-huit opérationnelles en mer.

Avec la fin de la saison touristique et la baisse drastique de plaisanciers au large du Cap-d’Agde, l’activité de la SNSM sur l’eau va bien évidemment se réduire de manière notable. Une période propice à la préparation, aux entraînements, à la maintenance de la vedette, qui est une priorité. "Tout ce qui est mécanique coûte évidemment très cher, assure le président. C’est l’une des raisons pour laquelle nous faisons appel aux dons." Et oui, pour ceux qui ne le sauraient pas encore, le fonctionnement de la Société nationale de sauvetage en mer est adossé aux dons qui lui sont versés. Et si tous les plaisanciers ne donnaient ne serait-ce que dix euros par an, les hommes en orange n’auraient pas à faire appel à la solidarité pour exercer leur fonction.

En attendant, l’équipage de la station d’Agde sera présent sur le Salon nautique, du 28 octobre au 1er novembre.

Olivier RAYNAUD


Publié le : Mercredi 06 octobre 2021

​Revue Presse Les régates reprennent à la Sorac

ML01080921.jpg
© Photo DR

Midi Libre 08/09/2021

Après la trêve estivale, qui a vu bon nombre de ses sociétaires prendre la mer en Méditerranée, la Société de régates d’Agde et du Cap a renoué avec les régates amicales, lors d’une course en l’honneur des sauveteurs de la SNSM.

Mer parfaite, soleil, mais seulement entre 5 et 10 nœuds de vent... on peut dire que ce retour sur le plan d’eau agathois s’est fait en douceur pour les vingt-et-un équipages présents sur la ligne de départ.

Le parcours de 13 milles nautiques, encombré par de nombreuses embarcations en cette fin d’été, avait été tracé depuis une bouée située devant la Grande Conque, pour aller ensuite tourner une fois à la balise Ouest des parcs conchylicoles et deux fois à la balise Sud. C’est le voilier Akka (M. Lo Pinto) qui l’a finalement emporté.


Publié le : Vendredi 10 septembre 2021

​Revue Presse Explosion à bord d'un bateau dans le port de Hyères

phr1630163411.png

Explosion à bord d'un bateau dans le port de Hyères : une victime en urgence absolue, deux blessés légers
Les sapeurs-Pompiers du Var sont en intervention sur le port Saint Pierre de Hyères dans le Var. Une explosion est intervenue vers 11H30 sur un bateau qui procédait au plein de carburant.

Source France info


Publié le : Samedi 28 août 2021

​Revue Presse Sète : ça bouge du côté du Rio Tagus

ML01280821.jpg

Midi Libre 27/08/2021

Ce navire-poubelle gît depuis dix ans quai Paul-Riquet.

Devinez quoi : ça bouge du côté du Rio Tagus ! Ce célèbre navire-poubelle qui gît depuis dix ans dans nos eaux, devenant une attraction sur le quai Paul-Riquet. En juin dernier, une première tentative de départ avait échoué. Il restait encore trop de travail à faire sur cette épave avant qu’elle soit prise en charge par un navire transporteur géant, direction Brest.

Du côté du port, on espérait la voir disparaître du paysage début août ou début septembre. Las. Ce ne sera pas pour tout de suite. Mais, depuis une semaine, il y a du mouvement aux abords et à bord. Une équipe et des engins de Navaléo, société spécialisée dans le recyclage de ces cargos dézingués, sont sur place.

Leur mission : achever le dégazage des soutes et la sécurisation du navire avant qu’il prenne le large. Selon Navaléo, trois semaines de boulot sont encore nécessaires avant de mettre en place le dernier voyage du Rio Tagus. Sauf nouveau contretemps, ce sera donc à l’automne...

Marc Caillaud


Publié le : Samedi 28 août 2021

​Revue Presse L’évolution du nautisme a explosé

ML01070821.jpg

Midi Libre 07/08/2021

À la tête des ports du Cap-d’Agde depuis quelques mois et directeur du centre nautique de longue date, Laurent Bourriquel remarque un gros changement dans la pratique du nautisme par rapport à il y a quelques années. "L’évolution du nautisme a explosé. Les gens ont de plus en plus investi dedans, il y a beaucoup plus de trafic en mer, et forcément des risques accrus.

C’est pourquoi la sensibilisation est hyper importante", constate-t-il. Les moyens de naviguer sur l’eau se sont multipliés et aujourd’hui, tout un chacun peut s’adonner à la plaisance d’une façon ou d’une autre, selon ses compétences. "Entre le jet-ski, le paddle, le surf électrique, la bouée tractée… Il y a énormément de néophytes. Cela demande de la vigilance", poursuit-il.

D’où l’importance de donner un cadre à ces pratiques sans pour autant privilégier l’interdiction et la répression : "Les ports, ce sont presque une petite ville à gérer au quotidien. On se doit d’accompagner ces évolutions." La capacité des lieux est de 4 200 bateaux.


Publié le : Samedi 07 août 2021

​Revue Presse L’Odeep One file à l’anglaise vers Malte puis Colombo

Article publié dans la revue Jeune Marine 29/07/2021

Le vendredi 23 juillet, l’ODeep One a quitté précipitamment le port de Sète, où il était amarré depuis le début de la pandémie du COVID 19 en mars 2020.
 
Ce navire avait changé de propriétaire après la liquidation de la société Océan Fresh Water, initiatrice du projet de production d’eau potable à partir de l’eau de mer. Depuis il était resté à quai, privant le port de Sète d’un poste sécurisé pour les trafics de ferries vers le Maroc.

Début juillet 2021, les choses ont commencé à bouger autour de l’ODeep One : Passage du pavillon Panama à celui de St Kitts et Nevis, supprimer le O du nom, arrivée d’un équipage de 19 personnes d’origine roumaine et indienne, soutage du navire, etc. Un prochain départ étant même annoncé pour le 16 août.

Nous avons essayé de contacter, pour avoir quelques informations, la société responsable de la gestion du navire depuis novembre 2020, pour le compte du repreneur KUIKAWA désigné par le tribunal de commerce de Nanterre, ST Management, basée à Bordeaux et gérée depuis Londres par Mr Benoit Tridon, mais qui n’a pas souhaité donner suite à nos questions. L’agent du navire Marmedsa à Sète a également refusé de répondre. Ni indication de changement de propriétaire ni de société de gestion ne sont indiquées sur la base Equasys à ce moment-là.

Sur ordre du Commandant de port, les services portuaires (Pilotage, Remorquage et Lamanage) ont du diligenter dans l’urgence l’appareillage du navire, sans respect des délais réglementaires de mise en route des moyens nautiques, sans visite de contrôle du centre de sécurité des navires des Affaires Maritimes, comme si un péril imminent allait s’abattre sur le navire qu’il fallait sortir coûte que coûte.

Malheureusement, dans la précipitation du départ avec un équipage ne connaissant pas le navire qui a séjourné 16 mois à quai, une première pollution du bassin des pétroles a eu lieu sous les yeux de l’officier de port et du pilote. Probablement une vanne ouverte malencontreusement. Après avoir largué laborieusement ses amarres, le Deep One a franchi les digues du port de Sète, assisté par deux remorqueurs. Au moment de la débarque du pilote, une seconde pollution, identique à la première, est repérée par la pilotine, qui la signale au CROSS. Cette seconde pollution est suffisamment importante pour que la Ville de Sète procède à la fermeture de plusieurs plages. Saisie par le CROSS, le Parquet de Marseille n’a pas demandé le déroutement du navire, mais une instruction est ouverte par la juridiction (JULIS).

La traversée vers Malte n’a pas été un long fleuve tranquille, notamment pour les mécaniciens. Stoppant régulièrement toutes les 6 heures, probablement en raison d’une surchauffe de l’unique moteur principal en service (le navire est équipé de quatre moteurs principaux). En effet il a fait le transit à moins de 6 nœuds, en dehors des stops et boucles en mer.

Le Deep One a mouillé le 29 juillet vers 04h du matin à plus de 12 milles de la côte. Toute la matinée, le Kirby Fs, petit navire de soutien plongeur, a fait le tour de la coque pour nettoyer les prises d’eau de mer, les propulseurs d’étrave et les hélices. En effet la coque et ses apparaux doivent être largement colonisés, encrassant notamment les aspirations des circuits de réfrigération.

En milieu d’après-midi le jeudi 29 juillet, le Deep One a changé de mouillage pour la zone réservée au soutage, à l’intérieure des eaux territoriales maltaise. Il y a été rejoint à couple par le souteur Leyona. L’opération de soutage s’est terminée en début de soirée.

La destination finale du navire est restée mystérieuse jusqu’à son départ vendredi 30 juillet vers 03 h du matin de la zone de mouillage réservée au soutage de Malte: son AIS indique route sur le canal de Suez pour rejoindre Colombo au Sri Lanka. Quid du stock de gel hydro-alcoolique, produit au début de la pandémie, restant à bord et de l’usine de production d’eau ?

La base de données Equasys indique un changement de la société de shipmanagement le 19 juillet 2021, sans précision. En réalité, c’est la société HSM Shipmanagement de Singapour qui opère le navire pour le compte de Wirana, société basée à Singapour, spécialisée dans l’achat-vente de navires destinés aux chantiers de démolition. La vente a été réalisée pour le compte de KUIKAWA par ST Management, qui pour l’occasion a pris le costume de courtier.

© JVD


Publié le : Vendredi 30 juillet 2021

​Revue Presse Cinq heures en bateau pour tout savoir de la faune et de la flore marine

ML03280721.jpg

Midi Libre 28/07/2021

L’association Terre Marine organise des sorties en mer à bord du catamaran Sea Explorer pour apprendre à mieux connaître l’écosystème du golfe du Lion. Embarquement.

Vendredi, 12 h 30. Quelques dizaines de personnes sont prêtes à embarquer pour cinq heures à bord du Sea Explorer, l’impressionnant catamaran de l’association Terre Marine, qui existe depuis 2011. "L’objectif de la sortie est d’éduquer et de sensibiliser à la vie maritime dans le golfe du Lion et aux dauphins que l’on peut trouver ici", résume Michel Franck, président de la structure. Car oui, c’est la grande attraction du littoral. Les cétacés de l’espèce des grands dauphins seraient environ 300 dans le secteur et il est tout à fait possible de les observer… quand ils le veulent bien. Ce qui, malheureusement, n’était pas le cas ce jour-là.

Travail scientifique
Il devient, en effet, de plus en plus compliqué de les voir car ces mammifères ont tendance désormais à modifier leur comportement. "Ils passent davantage leur temps à chercher de la nourriture car les poissons sont plus rares qu’avant. C’est pourquoi on les remarque souvent à proximité des chalutiers", explique Michel Franck. Très sociables, ces animaux peuvent rester vingt minutes sous l’eau avant de remonter à la surface et mesurent jusqu’à quatre mètres de long. Ce vendredi, les jumelles n’auront pas été suffisantes pour en apercevoir l’ombre d’un seul.

Qu’importe. L’après-midi aura été riche en enseignements, grâce aux divers ateliers proposés par l’association (lire ci-contre) et aussi au travail scientifique réalisé en lui-même. Les stagiaires Manuel, les deux Lola et Léa avaient pour mission de recenser chaque mouvement animal visible et de le noter sur une application.
Leur travail est ensuite exploité par des centres de recherches sur le très long terme. Cette fois, ce sont essentiellement des goélands et des sternes qui ont été remarqués. "Plus rarement, on tombe sur des labbes, des fous de Bassan ou des puffins.
En hiver, sur des cormorans", développe Manuel. En outre, un prélèvement de plancton a été effectué et analysé. "C’est un indicateur de l’état de nos mers et de nos océans", indique Léa. Cet organisme aussi bien animal que végétal, le plus souvent microscopique, est la base de la chaîne alimentaire maritime.

Alors, si le public a été privé de dauphins, il aura sans doute accru sa connaissance dans le domaine. "On n’est pas déçu. Même si on ne les a pas vus, on a appris plein de choses. C’était un beau moment de partage avec l’équipage", affirment Nathalie et François Scherrer, deux des passagers.

Des ateliers pédagogiques pour le public
Outre l’aspect purement scientifique de l’observation réalisée par Terre Marine, il était important pour l’association de proposer des activités d’initiation auprès du public, afin de l’aider à comprendre plus facilement cet environnement et ses enjeux. Les curieux ont ainsi pu observer le plancton au microscope, s’échanger des photos de dauphins accompagnées d’explication des experts, apprendre à mieux connaître le monde des requins et aussi s’essayer à la cartographie.
Du Cap-d’Agde jusqu’au Grau d’Agde, les cinq heures sont finalement très vite passées. D’autant plus que les passagers ont même pu s’accorder deux pauses baignades, loin de la cohue des touristes.


Publié le : Mercredi 28 juillet 2021

​Revue Presse L'Amadeus, un deux-mâts de 111 ans chargé d'histoires

ML02280721.jpg
L'Amadeus, toutes voiles dehors, dans les années 1990. DR

Midi LIbre 28/07/2021

Ce magnifique vieux gréement va partir pour deux mois en mission de dépollution le long du littoral méditerranéen français, sous l'égide de l'association Wings of the Ocean.

Ce kech aurique (34 m de long, 6,52 m de large, 10 voiles totalisant 680 m2, 200 tonnes, coque en fer) transformé en brick a été construit au chantier Kalkman de Capelle aan den Ljssel, aux Pays-Bas. Il a été mis à l’eau le 17 juillet 1910 sous le nom d’Agatha.

En 1916, il navigue sous le nom de Jacoba. Jusqu’en 1935, c’est un navire de pêche à la morue, rebaptisé Floris jusqu’en 1943, lorsqu’il est réquisitionné par les Allemands. Récupéré par son propriétaire en 1945, il reprend ses activités de morutier en mer Baltique et à Terre-Neuve. Désarmé en 1969, il est inscrit en plaisance sous le nom de Zonnevis et navigue en mer Baltique et en Scandinavie.

Plusieurs noms En 1979, il arrive en Méditerranée où il est saisi par les douanes pour avoir transporté des produits stupéfiants. Vendu aux enchères à Ibiza, il est alors racheté par une association marseillaise d’amoureux de la musique classique, qui lui donne un nouveau nom, en hommage bien sûr à Mozart : l’Amadeus. Pendant dix ans, il sillonne la Méditerranée pour la promotion de concerts. En 1989, Jean-Christophe Causse le découvre. Il est à vendre. Et il est depuis la propriété de l’association méditerranéenne des vieux gréements.

Après un long séjour à Port-Camargue, puis dans le port de pêche du Grau-du-Roi, il est arrivé à Sète voici une douzaine d'années. Après avoir occupé un emplacement sur les quais Vauban, d'Orient et Paul-Riquet, il est amarré depuis deux ans à la halte nautique du quai du Pavois-d'Or.

Marc Caillaud


Publié le : Mercredi 28 juillet 2021

​Revue Presse Le navire Odeep One a quitté Sète vendredi en fin de matinée

ML01280721.jpg

Midi Libre

Presque un an après son rachat par une société de Singapour, le bateau pêcheur d'eau a enfin quitté le quai.

Un peu par surprise, l'Odeep One a quitté le port de Sète vendredi 23 juillet. "Cela fait un an que nous attendons, voire espérons, que ce bateau parte. À force d'attendre, cela peut effectivement devenir une surprise", témoigne Olivier Carmes, directeur général du port de commerce.  "Nous n'avons pas connaissance de la cause du départ de ce navire", atteste la Ville.

L'autorisation de sortie a pourtant été donnée par la capitainerie puisque "la manœuvre de sortie a pu être possible vendredi en fin de matinée", confirme Gabriel Charpentier, pilote maritime au port de Sète.

C'est le site marinetraffic.com qui nous indique sa destination : Malte, port de la Valette, vers lequel le navire se dirige cahin-caha avec redémarrage des machines toutes les 6 heures.

Le navire était resté à quai durant 8 mois après le prononcement de la liquidation judiciaire de la société Ocean Fresh Water (OFW) en novembre 2020. Cet ancien train-ferry russe de 196m de long avait été acheté en 2019 par Régis Révilliod, fondateur de la start-up OFW, dans le but de le transformer en navire usine, producteur d'eau minérale à partir d'eau de mer.

Plusieurs levées de fonds lui avaient permis d'investir dans ce navire et dans l'installation à bord d'une ligne d'embouteillage. Dès l'année suivante, début 2020, une première production de 900 palettes de 1764 bouteilles avait été acheminée vers la Chine. Une activité prometteuse si le Covid n'était pas arrivé.

Un projet intéressant coulé par le covid "Fabriquer de l'eau potable à partir d'eau de mer. À la base, le projet était intéressant avec une vocation humanitaire.

C'est la crise sanitaire du covid qui l'a fait échouer", regrette Pierre Maupoint de Vandeul. Président du syndicat CFE-CGC marine, celui-ci a accompagné les 20 à 30 marins de bord et à terre dans leurs démarches de fin de contrat suite à la liquidation judiciaire.

L'eau Ôdeep contient 78 minéraux. Régis Révilliod, à l'initiative de la mise au point de son procédé de fabrication n'a volontairement pas protégé le concept par des brevets. "Pour ce type d'innovation, déposer un brevet est contre-productif puisque ce serait comme donner la recette aux concurrents éventuels. Le secret et l'enveloppe Soleau sont les meilleurs moyens de garantir la propriété industrielle de la solution technique sur le long terme", précise l'inventeur.

À l'image d'une carte au trésor, une enveloppe Soleau peut être écrite, datée et déposée sous scellés auprès d'un officier à l'Institut national de la propriété intellectuelle (INPI). En cas de suspicion de copie, l'inventeur peut demander à lever les scellés. Il sera alors reconnu comme l'inventeur initial du concept et pourra en tout temps continuer à exploiter son concept.

Suite à sa liquidation judiciaire, l'Odeep One avait été racheté à la barre en novembre 2020 par KUIKAWA, une société de Singapour également basée aux Pays-Bas, puis racheté par la société KUIKAWA holding en juin dernier. Malgré une tentative de reprise, Régis Révilliod avait dû renoncer au rachat de ce grand navire.

Cependant, l'activité de développement de chaînes de fabrication d'eau minérale à partir d'eau de mer se poursuit et "16 dossiers sont en cours aujourd’hui", nous confie cet ingénieur-entrepreneur.

Le Rio Tagus rouille toujours au quai Paul-Riquet   Moins de succès pour le Rio Tagus, toujours amarré au quai Paul-Riquet le long du parking du Mas-Coulet depuis plus de 10 ans. Cet ancien vraquier est devenu peu à peu un fragile amas de tôle rouillée. Même le remorquer vers le port de commerce afin de le charger dans un navire pour l'emporter au démentellement est une opération délicate. Suite à une tentative avortée en juin dernier, la société bretonne Navaléo devrait revenir finaliser l'opération et l'acheminer sur son chantier à Brest.
"Nous espérons en être débarassés le 15 septembre", confie Olivier Carmes, directeur général du port maritime de Sète.

Valérie Handweiler


Publié le : Mercredi 28 juillet 2021

​Revue Presse Une vedette coule à l'entrée du port de Sète

ML01190721.jpg

Midi Libre 19/07/2021

La SNSM (société nationale de sauvetage en mer) a porté secours lundi 19 juillet vers 15h aux quatre passagers d'une vedette. "L'embarcation a coulé à 500m devant l'entrée du port et repose à 8 ou 10 m de fond", a déclaré l'officier de permanence au Cross Med (centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage de la Méditerranée).
Toutes les personnes à bord ont pu être secourues.


Publié le : Lundi 19 juillet 2021

​Revue Presse Découvrez la voile et la biodiversité marine

ML01300621.jpg
Découverte de la voile et de la biodiversité marine © Midi Libre

Midi Libre le 28/06/2021

De la plage jusque dans l’eau, l’équipe du Sea Explorer vous invite à la découverte de la faune et de la flore du bord de mer et les nombreux habitats sous-marins essentiels qui attirent une diversité d’espèces : des poissons aux algues en passant par les dauphins, les tortues et les oiseaux.

Les différents ateliers ludiques, mis en place tout au long de la balade, permettent aux enfants et adultes de comprendre la richesse d’un écosystème fragile et de découvrir les actions de préservation de la biodiversité mises en place sur l’Aire marine de la côte agathoise. Une immersion sur le sentier sous-marin du Cap d’Agde sera l’occasion de nager à la rencontre de la biodiversité et d’observer la vie grouillante des fonds marins. L’après-midi vous embarquez à bord du Sea Explorer, un catamaran (24 x 12 m) éco-conçu pour allier découverte à la voile, découvrir la biodiversité marine à travers des ateliers organisés sur le bateau et s’émerveiller grâce à un focus sur le Grand dauphin du golfe du Lion.

Tarifs : de 8 à 15 €. Pique-nique tiré du sac. Inscriptions au 04 67 21 76 25

Lionel PEUGEOT


Publié le : Mercredi 30 juin 2021

​Revue Presse Cette algue brune surveillée de près par les scientifiques

ML01260621.jpg
En Andalousie, où elle prolifère, l’algue brune est un véritable fléau, pour la pêche et le tourisme.

Midi Libre le 25/06/2021

La Rugulopteryx okamurae, originaire du Pacifique, a été repérée à Agde.

Dans l’édition datée du 20 juin du Journal du Dimanche, un titre sans équivoque : "L’algue brune qui menace la Méditerranée."

Dans l’article, on apprend ainsi que la Rugulopteryx okamurae, c’est le nom de cette algue du Pacifique, aurait été aperçue pour la première fois dans l’étang de Thau, il y a quelques années. Comme s’est-elle retrouvée là ? Difficile à dire. Mais la proximité du port de Sète et ses échanges internationaux sont une piste à ne pas négliger.

Quelques individus observés à Agde, mais rien d’inquiétant
L’algue brune, donc. "On en découvre tous les jours, confirme l’écologue marin Thierry Thibaut, de l’Institut méditerranéen d’océanologie, à nos confrères du "JDD". Pour le moment, elle a été repérée dans le parc national des Calanques, à Marseille, sur la Côte bleue et à Agde."

Les scientifiques la surveillent de près. Car du détroit de Gibraltar à Malaga, dans le sud de l’Espagne, sa présence en masse est synonyme de rejets sur les plages, avec l’odeur d’œuf pourri qui va avec ! Mais pour Renaud Dupuy de la Grandrive, directeur du milieu marin en mairie d’Agde, rien de cela sur notre littoral.

"C’est vrai que cette algue a été observée localement, mais pas plus que ça. On recense quelques individus." Le biologiste explique même que "la Rugulopteryx okamurae n’est pas la première. On compte, aujourd’hui, une dizaine d’espèces "étrangères" dans nos eaux."

La nature ayant horreur du vide, ces algues se sont installées sporadiquement sur des fonds maltraités pendant de trop longues années. "C’est pour cela que nous réintroduisons des algues cystoseires, disparues du littoral agathois."

Des "boutures" installées sur des dalots, pour que les algues se reproduisent. Preuve que les fonds marins sont scrutés de près, une cartographie fine du littoral agathois a été effectuée, il y a une dizaine de jours, à l’aide d’un drone, constat d’huissier à l’appui. On ne rigole pas avec l’écologie !

O. R.


Publié le : Samedi 26 juin 2021

​Revue Presse Sur la plage, des oiseaux à protéger

ML01180521.jpg
Des agents sur le terrain pour sensibiliser les promeneurs

Midi Libre le 18/05/2021

Les week-ends prolongés du mois de mai coïncident avec l’arrivée des premiers vacanciers sur notre littoral. C’est aussi la période choisie par les oiseaux présents sur les plages pour nicher, à l’image du gravelot à collier interrompu ou les sternes.

Les gardes du littoral des communautés d’agglomération Béziers Méditerranée et Hérault-Méditerranée, conjointement avec le service départemental de l’Office français de la biodiversité, ont procédé dernièrement à des opérations de sensibilisation à la présence de ces espèces sur le littoral, notamment à la Tamarissière.

"L’objectif premier était d’expliquer aux promeneurs que la nature est fragile et que le dérangement répété pourrait mettre à mal certaines colonies d’oiseaux lors de cette période cruciale", explique Julien Azéma, l’un de ces agents. Prudence, donc.
Midi Libre


Publié le : Mardi 18 mai 2021