InfoVent InfoMer
28-05-2024 à 02:09

NW   2 Noeuds

Rafales   4 Noeuds

Température mer 15°C

Historique

InfoNavigation
InfoSondage
Sectorisation des sanitaires, vous êtes
Résultats  Anciens sondages
  • Votes : 103
  • Commentaire(s) : 4
InfoRigolo
Il ne me reste plus que la latitude d'aller me coucher sur la longitude de mon pieu.
InfoVidéos

Publiée le 05-06-2022

InfoLocalisation
InfoMèl
Recevez par mail les nouveautés du site.
InfoDon
Contribution à l'indépendance du site en le soutenant financièrement

InfoThèque
InfoMinisites

Revue Presse : Comment le maire d’Agde est tombé sous l’emprise d’une voyante ventriloque et la voix de « l’archange Michaël »

LM01180424.jpg

Source Journal Le Monde
Publié le 18/04/2024

Enquête

En détention provisoire depuis un mois, Gilles d’Ettore, élu depuis deux décennies, a reconnu avoir été influencé par Sophia Martinez, une médium à la belle réputation locale, à qui il a accordé largesses et cadeaux via des entrepreneurs locaux.

Sophia et Cédric Martinez avaient prévu un séjour à Paris, du 12 au 14 avril. Deux places en première classe étaient réservées pour les jeunes mariés dans le TGV au départ d’Agde (Hérault), et une chambre les attendait au Novotel Paris Centre-Bercy. Un voyage intégralement pris en charge par la communauté d’agglomération Hérault-Méditerranée, présidée par le maire d’Agde, Gilles d’Ettore. L’élu avait imprimé les billets de train, retrouvés dans sa voiture par les enquêteurs du service régional de police judiciaire de Montpellier. Sans doute comptait-il les remettre en personne à Sophia Martinez, la voyante dont il ne cessait de vanter le talent et la bienveillance. Un cadeau de plus : en février, la mairie avait déjà payé la fête d’anniversaire de la médium dans un restaurant du bord de mer.

Le séjour a été annulé. Sophia Martinez a passé son cinquième week-end d’affilée à la maison d’arrêt de Nîmes, en détention provisoire depuis sa mise en examen, le 14 mars, pour « travail dissimulé, recel et escroquerie ». Cédric, son époux, également mis en examen pour « recel », est sous contrôle judiciaire. Et les 26 000 habitants de la station balnéaire sont privés de leur maire : mis en examen pour « prise illégale d’intérêts par personne dépositaire de l’autorité publique et corruption passive », pour avoir offert durant quatre ans cadeaux et avantages à Sophia Martinez, Gilles d’Ettore, également en détention provisoire, a vu sa demande de remise en liberté sous contrôle judiciaire refusée le 10 avril.

« Sur le marché, on en plaisantait encore ce matin : “Tu as acheté des oranges pour Gilles ?” » Sur la terrasse ensoleillée d’un café, face aux eaux de l’Hérault, Jean-Claude Coubau préfère s’amuser de la situation. Le président de l’association Agathé, qui lutte pour faire respecter la loi « littoral » dans la commune, ferraille depuis deux décennies contre le maire d’Agde. S’il dénonce volontiers ses « méthodes de gangster » et sa gestion « digne d’une principauté », il est comme toute la ville tombé des nues en apprenant le motif de la mise en examen de Gilles d’Ettore.

Depuis un mois, Agde vit au rythme des rumeurs et des nouvelles mises en examen. « Si l’affaire prête à sourire, elle cause aussi de vraies souffrances, déplore Thierry Nadal, conseiller municipal d’opposition. La ville est groggy, tout le monde est impacté. » A commencer par le tissu économique local : vendredi 12 avril, le patron de l’hypermarché a été mis en examen, une semaine après celui d’une filiale du groupe de BTP Eiffage. Ils sont soupçonnés d’avoir, à la demande du maire, financé des travaux au domicile de Sophia Martinez.

Séance d’hypnose

Au-delà du fait divers insolite, l’affaire du maire et de la voyante ventriloque expose au grand jour l’influence et le clientélisme qui peuvent régner autour d’un élu local en place depuis deux décennies. Selon les éléments judiciaires qu’a pu consulter Le Monde, l’affaire débute le 25 octobre 2023, lorsque Géraldine Sanchez d’Ettore, l’épouse du maire, pousse la porte du commissariat de police d’Agde pour déposer plainte. Séparée de corps d’avec son époux, elle fait partie de la clientèle de Sophia Martinez.

La voyante lui a parlé de sa capacité à invoquer des êtres surnaturels pour guider ses clients. Mme d’Ettore a reçu à trois reprises des appels téléphoniques d’une « voix », masculine, grave et rauque, qui dit être « l’archange Michaël ». Mais « Papa », comme la voix demande aussi à être appelée, connaît trop de choses de la vie intime de Mme d’Ettore. Et demande un certain nombre de services pour le compte de Sophia Martinez.

Quelques jours plus tard, un autre témoin se présente au commissariat. David M. est un fidèle d’entre les fidèles du maire. Militant actif au sein du parti Les Républicains, le camp politique de Gilles d’Ettore, cet ex-propriétaire de discothèque a été nommé directeur de la société d’économie mixte Sodeal, qui gère le port de plaisance d’Agde. Lui aussi raconte aux policiers avoir été contacté par la « voix », après une séance d’hypnose avec Sophia Martinez. Durant une vingtaine d’appels en 2023, il a bénéficié de ses conseils, mais aussi obéi à certaines instructions, en aidant par exemple à la construction d’un bungalow dans le jardin de la voyante, avant de se rendre compte de la supercherie.

Ces deux proches sont inquiets de l’emprise qu’exerce « Papa » sur Gilles d’Ettore. Le 15 décembre 2023, son épouse, qui assure ne pas avoir subi de pressions, retire sa plainte. Mais le procureur de Béziers, Raphaël Balland, saisi entre-temps de plusieurs témoignages anonymes, ouvre une information judiciaire le 5 janvier, confiée à la brigade financière du service régional de police judiciaire de Montpellier. Les premières investigations ont démontré l’ampleur de l’emprise : 3 375 appels entre le maire et la voyante en 2023, près de dix par jour.

Elan mystique

Nul ne sait ce qui a poussé l’ancien député (2007-2012) de l’Hérault, âgé de 55 ans, à tomber sous l’influence de « Papa », et donc de Sophia Martinez. S’il est parfois décrit comme « brutal », exerçant en solitaire le pouvoir sur une zone dont il maîtrise les réseaux d’influence, personne n’avait jusqu’ici observé d’élan mystique chez cet ancien officier des renseignements généraux, devenu maire à 32 ans. Son avocat, Me Jean-Marc Darrigade, évoque une « faille intime » l’ombre de son père, Raymond, lui aussi élu local agathois qu’aurait su exploiter Sophia Martinez depuis leur rencontre, autour de 2020.

Cette quadragénaire brune, que le maire appelle « ma chérie » lors de leurs échanges téléphoniques, est installée depuis une décennie dans une maison proche de la mer avec ses six enfants issus de trois unions. En tant que médium, elle a su se tailler une belle réputation locale, qui lui vaut une clientèle prestigieuse : « intellectuels, architectes, cadres supérieurs, anciens de la police ou de la gendarmerie », résume Me Darrigade.

Dans un message transmis à plusieurs médias locaux, un entrepreneur montpelliérain, brièvement tombé sous sa coupe, raconte sa première séance : « A mon arrivée, elle me tire les cartes, un stylo “s’envole” dans la pièce et elle me dit que c’est ma mère qui s’appelle Antoinette qui est là ! Elle ne pouvait pas savoir le prénom de ma mère ! » L’objet qui tombe, le détail personnel, qui reviennent dans plusieurs témoignages, sont des méthodes classiques chez les mentalistes et autres magiciens. Sophia Martinez possède une arme supplémentaire : elle est ventriloque, capable de produire une « voix » gutturale, que ceux qui l’ont entendue décrivent comme « d’outre-tombe », ou « de l’au-delà ».

Auprès de certains clients, Sophia Martinez attribue la « voix » à un archange. Pour Gilles d’Ettore, elle sera celle de son père. L’élu est si convaincu de la réalité des pouvoirs de Sophia Martinez qu’il faudra que, durant sa garde à vue, les enquêteurs lui montrent une vidéo où la voyante fait parler la « voix » sur demande pour que sa conviction vacille enfin. « Je suis abasourdi (…). J’ai été trompé », déclare-t-il au juge d’instruction.

Douche solaire et contrat d’édition

Une prise de conscience brutale, après quatre ans durant lesquels Gilles d’Ettore a usé de toutes ses attributions, de tout son entregent de maire et président de communauté d’agglomération pour complaire à la « voix », dans une spirale sans fin d’exigences. Sophia Martinez souhaite une douche solaire ? Un employé municipal se déplace pour l’installer. Il faut conduire ses enfants dans leur établissement privé à Gallargues (Gard), à une heure de route d’Agde ? Le chauffeur du maire s’en charge. Sophia veut publier son autobiographie ? L’élu se démène pour lui obtenir un contrat d’édition. Des proches de Sophia cherchent un emploi ? A cinq reprises, la mairie ou la communauté d’agglomération leur offrent un poste.

Le 25 août 2023, Sophia et Cédric Martinez qui vient d’être nommé directeur du centre technique municipal se marient dans un lieu de prestige : le château Sainte-Cécile, somptueuse bâtisse du XIXe siècle qui a appartenu à la famille d’Antoine de Saint-Exupéry. On peut retrouver, sur les réseaux sociaux, quelques photos de la cérémonie : dans le jardin qui fait face à la propriété, une centaine de chaises blanches entourées de rubans dorés sont disposées de part et d’autre d’un chemin blanc, qui mène à un autel encadré de deux sculptures florales figurant des ailes d’ange immaculées.

La location du château a coûté 8 000 euros, un « prix d’ami » obtenu par Gilles d’Ettore. Selon les documents découverts ainsi qu’une importante quantité d’argent liquide chez Sophia et Cédric Martinez, quatre entreprises agathoises se seraient partagé une bonne partie des factures, dont 28 042 euros de traiteur. Faute de fortune personnelle, Gilles d’Ettore puise dans son capital politique et social, quitte à entraîner dans l’illégalité les entrepreneurs qu’il sollicite.

Thyl Zoete, directeur de l’établissement Eiffage Grand Sud, était invité au mariage, mais ne s’y est pas rendu. Le 28 mars, cet « homme sans histoire, avec vingt ans de carrière » au sein du groupe de BTP, comme le décrit son avocat, Me Marc Gallix, est interpellé et placé en garde à vue. Selon son récit, en 2022, le maire d’Agde lui a demandé de façon « insistante » de faire construire une véranda au domicile de Sophia Martinez. La commune et la communauté d’agglomération représentent une part importante de son chiffre d’affaires, et l’entrepreneur, s’il dément tout espoir direct de contrepartie, finit par s’exécuter.

Appels à la démission

Pour dissimuler cette facture gênante, il l’affecte à un autre chantier. Et pour la financer, il annonce au maire qu’il va devoir « réduire le sponsoring à destination des clubs de sport de la ville ». Cela ne pose aucun problème à M. d’Ettore, qui suit le chantier de près. Mais Thyl Zoete refuse de payer les nouvelles prestations demandées au cours des travaux par la voyante. Le maire d’Agde doit rouvrir son carnet d’adresses pour se tourner vers une autre figure locale, Marc P., directeur d’un hypermarché à Agde, qui utilise l’une de ses sociétés pour s’acquitter des 6 000 euros de facture supplémentaire.

Le 12 avril, à l’issue de leur garde à vue, Marc P. et son fils ont été mis en examen pour « corruption active, abus de biens sociaux et abus de confiance ». Ils ont été laissés en liberté sous contrôle judiciaire, « victimes d’une affaire qui les dépasse », selon Me Vincent Le Junter, conseil de Marc P. Placé en détention provisoire le 30 mars à la suite de sa mise en examen pour « abus de biens sociaux et corruption active », Thyl Zoete a obtenu, jeudi 11 avril, sa remise en liberté sous contrôle judiciaire, après un appel devant la chambre de l’instruction de Montpellier. Contacté, le groupe Eiffage précise qu’une enquête interne a été ouverte.

L’investigation n’en est qu’à ses débuts, et continue d’explorer les largesses dont a bénéficié la voyante et les possibles complicités au sein du cabinet du maire ou des sociétés d’économie mixte de la commune. Sur le plan politique, les appels à la démission de M. d’Ettore se multiplient. La municipalité, qui a mandaté un avocat, « n’envisage » pas, à ce stade, de se joindre aux plaintes. Pourtant, note le conseiller d’opposition Thierry Nadal, « en quatre ans, qui peut dire si des projets n’ont pas été lancés sous influence » de Sophia Martinez ?

Selon le procureur de Béziers, lors de sa garde à vue, la voyante a dit « regretter son comportement ». Elle a reconnu être « entrée dans une spirale dont elle n’arrivait pas à se sortir ». Devant le juge d’instruction, elle a préféré garder le silence. Elle aurait recommencé à user de ses talents auprès d’autres détenues de sa maison d’arrêt.

Samuel Laurent Agde [Hérault], envoyé spécial



Publié le : Jeudi 18 avril 2024

Ano34 Ano34
Ne nous perdons pas en route, comment recentrer l'intérêt des médias sur la Sodeal = Solution idéale, machine à cash, lieu des détournements et abus de biens sociaux les plus significatifs (rapport de la Chambre Régionale des Comptes),, avec présomption d'innocence...
Ano34 Ano34
Système D'Ettore ; pour devenir Directeur de la Sodeal, il faut un CV musclé, être militant des Ripoublucains, avoir été propriétaire de discothèque et enfin être contacté par la voix...
On comprend que des possibles complicités au sein du cabinet du maire ou des sociétés d’économie mixte de la commune soient envisagées.
Est-ce la voix qui a recommandé l'augmentation de 12% des tarifs portuaires pour cause de guerre en Ukraine ?
Les gens se marrent pas les plaisanciers, remboursement, çà suffit de nous prendre pour des truffes.
Comité Eliot Ness
Ano34 Ano34
"Faute de fortune personnelle", !!
j'hallucine quand je lis ça. 8000€ mensuel d'indemnités déclarées (maire + communauté), pas convaincu qu'il paye beaucoup des frais courants (téléphone, restauration, etc...) que le quidam moyen finance sur ses deniers propres. Alors ce n'est certes pas Bernard Arnault , mais de la à le plaindre , je ne franchirai pas le pas!
quand à la corruption, je ne comprends toujours pas, à lire l'exposé des faits , qu'elle soit encore qualifié de "passive " . Demander à des entreprises de financer illégalement des travaux, ce n'est certainement pas la définition de la passivité !
Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.