InfoVent InfoMer
30-01-2023 à 05:44

WNW   6 Noeuds

Rafales   13 Noeuds

Température mer 13°C

Historique

InfoNavigation
InfoSondage
Êtes-vous favorable à l’installation d’éoliennes en mer ?
Résultats  Anciens sondages
  • Votes : 368
  • Commentaire(s) : 3
InfoRigolo
C'est au pied du mât qu'on voit le mieux le mât!
InfoVidéos

Publiée le 05-06-2022

InfoLocalisation
InfoTroc

1 Annonce(s) publiée(s)

Navires
Voiliers
Bateaux à moteur

Consulter

InfoMèl
Recevez par mail les nouveautés du site.
InfoDon
Contribution à l'indépendance du site en le soutenant financièrement

InfoVintage

Ce site, né en 2001, est conçu essentiellement pour vous, plaisanciers des ports du Cap d'Agde. Pour bénéficier de toutes les rubriques du site, il est préférable de s'inscrire.

Vous informer de ce qui se passe dans nos ports est notre objectif.

Inscription

En participant à nos forums, vous devenez par vos écrits,"correspondant" du site Infocapagde. Sachez que vos interventions sont appréciées de nombreux plaisanciers et permettent des échanges, souvent très constructifs entre tous les acteurs de la vie nautique du Cap d'Agde. Merci cependant de veiller à poster des messages en rapport avec le sujet, merci.

La Taverne du port

N'hésitez pas à rédiger des articles qui seront alors publiés sous le label "courrier des lecteurs".

Infocapagde, structure bénévole et désinterressée, met à votre disposition cet outil, parlez en à vos amis, voisins de ponton, nous attendons votre aimable et constructive participation pour en faire sa promotion Faire notre pub

Notre activité associative entraîne des dépenses non suventionnées, il faut le savoir.

Si vous aimez Infocapagde, apportez nous une petite contribution financière pour participer à son existence, son indépendance et sa liberté d'expression.

Merci pour votre soutien.
Nautiquement vôtre.

La rédaction du site

​Infocapagde La gestion des ports, une mission régalienne

La gestion des ports maritimes, fussent-ils de plaisance, est , avant tout, une mission régalienne.
Le législateur l’a voulu ainsi en constituant un « CODE DES TRANSPORTS » et ce, pour de multiples raisons dont les principales sont les contrôles de police et de douanes à ces entrées par la mer sur le territoire national et, bien entendu, les 
ports de plaisance en font partie.

Il s’ensuit un certain nombre de lois et décrets qu’il est impératif de respecter, d’autant plus que l’essentiel de ce code des transports a été conforté par la « DIRECTIVE 2014/23/UE » du Parlement Européen du 26 février 2014.

Rappelons quelques règles élémentaires :

  • Non-aliénation du domaine public portuaire ( privatisation partielle du plan d’eau),
  • Sous-location de places de port strictement interdite,
  • Contrat annuel nominatif pour location de poste d’amarrage,
  • Obligation pour le concessionnaire de connaître, à tout moment, le nom des propriétaires de navires ainsi que les droits de navigabilité et assurances des navires,
  • Egalité de traitement des usagers du port,
  • Encadrement de la tarification portuaire,
  • Obligation de consulter annuellement un CLUPP et des conseils portuaires au sujet de la gestion du port,
  • et, bien évidemment, le gestionnaire du port est le premier partenaire de la Gendarmerie Maritime et du Service des Douanes pour faciliter le contrôle des navires et de leurs occupants.

C’est la raison pour laquelle, en général, le gestionnaire d’un port de plaisance est souvent une Régie Municipale, parfaitement habilitée à exercer une mission régalienne, sous l’autorité directe du Maire.

Compte tenu de ces premières remarques relativement simples ( on pourrait pousser l’analyse, à la fois, sur le plan réglementaire, contractuel et budgétaire),  il serait vivement souhaitable de séparer les activités régaliennes des activités commerciales et touristiques qui n’obéissent pas aux mêmes règles de gestion comme le centre nautique, l'organisation de manifestations comme vinoCap ou Salon Nautique, de feux d'artifice, de travaux d'aménagement au profit d'intérêts privés etc...


Publié le : Jeudi 26 janvier 2023

​Infocapagde CLUPP du 18 janvier 2023

L'annonce par le MidiLibre d'une augmentation injustifiée du prix de la place de port de 12% a créé un fort mécontentement auprès des plaisanciers, membres du CLUPP.

Après les diverses présentations habituelles, Monsieur le Maire est intervenu pour insister sur une orientation importante qui consiste à devenir un port connecté où chaque plaisancier paiera sa consommation personnelle d'eau et d'électricité, ce qui est selon lui une démarche plus juste.

Une facturation éventuellement supplémentaire est-elle prévue ?

Les réponses apportées n'ont pas été très claires, puis Monsieur le Maire a quitté la salle en laissant la parole à Monsieur Hugonnet, Pdg de la SODEAL.

Monsieur Hugonnet, interrogé à plusieurs reprises par des plaisanciers, a fini par confirmer qu'il avait décidé une hausse des tarifs portuaires de 12%, "pour permettre à la Sodeal de fonctionner", alors que l'application de la formule de révision contractuelle aurait conduit à une augmentation de 5,4% au maximum.

Pour se justifier, il a dit que certains plaisanciers se conduisaient mal, certains louent leur bateau etc...

Cela n'a pas convaincu les plaisanciers présents surtout dans un contexte où il n'y a pas eu la communication du budget du port comme le prévoit la législation.

Pourquoi le prix de place de port va être 20% supérieure à celui pratiqué au Grau du Roi ou La Grande Motte?

Plusieurs plaisanciers sont intervenus pour indiquer qu'ils n'avaient pas à financer des dépenses annexes à la gestion du port, certains ont même réclamé le retour en régie comme à l'origine du Cap.

A cela on peut compléter que la chambre régionale des comptes a relevé dans le passé et à plusieurs reprises ce problème de gestion non réglementaire.

Des élections en présentiel ne permettant pas le vote de tous les membres du CLUPP ont été organisées.

Ont été élus Conseiller Portuaire représentant le CLUPP :

  • Monsieur USNARSKI
  • Monsieur REVILLIOD
  • Monsieur GUERDER

Nous attendons la communication du représentant des associations et du représentant des professionnels désignés par le Maire.

Compte tenu de la pression financière subie par les plaisanciers, il sera intéressant de connaître le positionnement des professionnels. Un manque à gagner pointe à l'horizon.

Nota: le créateur du site infocapagde, Philippe Revilliod, remercie les plaisanciers présents à cette réunion qui ont voté en sa faveur


Publié le : Jeudi 19 janvier 2023

​Revue Presse Coup dur pour les plaisanciers, qui vont devoir mettre la main à la poche

ML01180123.jpg

Des tarifs plus chers à compter de ce mois de janvier pour les plaisanciers du Cap d’Agde. D.R

MidiLIbre 17/01/2023

La Sodéal va présenter une hausse de 12 % de ses tarifs aux représentants du Comité local des usagers permanents des ports du Cap d’Agde (Clupp). La réunion de ce mercredi 18 janvier, la première depuis 2017 pour cette instance, promet d'être animée.

De l’inflation dans les voiles !

Délégataire de la gestion des ports du Cap d’Agde et des emplacements sur l’Hérault pour une durée de 20 ans, la Sodéal va évoquer ce mercredi matin, lors de la première réunion depuis 2017 du Comité local des usagers permanents des ports du Cap d’Agde (Clupp), une hausse de ses tarifs de l’ordre de 12 %.

En décembre, une première annonce faisait état de 5,4 % de hausse Dans un courrier daté du 14 décembre dernier, le président de la société, Stéphane Hugonnet, avait déjà informé les plaisanciers d’une "hausse provisoire de 5,4 %" des tarifs, à partir de janvier 2023. Le terme provisoire n’était pas innocent, car il donnait la possibilité à la Sodéal d’augmenter les prix en cours d’année si nécessaire.

Une option abandonnée depuis, éditer 4 000 contrats (c’est en gros le nombre de plaisanciers dont les bateaux sont amarrés à Agde, NDLR) à une, voire deux reprises en cours d’année, relevant du casse-tête matériel et administratif. Aussi, la hausse sera de 12 %.

Une décision assumée par Stéphane Hugonnet. "5,4 % d’augmentation, c’était le minimum imposé par la Ville dans le cadre de la nouvelle délégation de service public. Mais il fallait que cette hausse soit en rapport avec l’inflation réelle et les répercussions sur la Sodéal." Des plaisanciers parlent de tarifs 15 % supérieurs aux ports voisins L’électricité est par exemple un important poste de dépenses sur le port, avec de plus en plus de bateaux branchés à l’année pour le fonctionnement de pompes vide cale, de stabilisateurs de bateaux, sans oublier des climatisations ou des chauffages

Et visiblement, face à l’envolée du prix du courant, la participation forfaitaire des plaisanciers ne suffit plus aujourd’hui. "Nous sommes conscients de l’insatisfaction que cette décision va entraîner, mais la Sodéal n’a pas d’autre choix", regrette le président.

Sur le site internet du Collectif des plaisanciers du Cap d’Agde, cette grogne a commencé à se matérialiser. Dans un communiqué, les adhérents dénoncent cette hausse annoncée, alors "que les tarifs sont déjà de l’ordre de 15 % supérieurs à ceux des ports voisins", pense le collectif.

Estimation relayée sur le site de plaisance Infocapdagde, animé depuis une vingtaine d’années par Philippe Revilliod, où l’on a comparé les tarifs d’amarrage avec ceux de La Grande-Motte ou de Port-Camargue, administrés en régie municipale.

Des chiffres non-officiels, qui prennent l’exemple d’un bateau de 5 à 6,5 m. Il en coûterait ainsi 1 791 € annuels au plaisancier agathois, contre 1 543 € à la Grande-Motte et 1 541 € à Port-Camargue. Une différence calculée en plus sur la base d’une hausse des tarifs de 5,4 % et pas de 12 %. "Nous ne sommes pas dans la moyenne basse", reconnaît Stéphane Hugonnet.

"Mais nous sommes aussi le 2e port de plaisance français, avec 4 000 anneaux disséminés entre le Cap, le village naturiste et les berges de l’Hérault, avec tout l’entretien que cela implique.Par rapport à la dimension du port, nos prix sont dans la moyenne."

Olivier Raynaud


Publié le : Mercredi 18 janvier 2023

​CDPCA Communication du CDPCA aux plaisanciers


Publié le : Lundi 16 janvier 2023

​Infocapagde Comparatif prix de la place de port à l'année

Catégorie Longueur Grande Motte Port Camargue Cap d'Agde Ecart/PortCa
1 0 à 5m 985 1147 1340 +16,8%
2 5 à 6,5 m 1543 1541 1791 +16,2%
3 6,5 à 8 m 1920 1912 2207 +15,4%
4 8 à 9,5 m 2305 2374 2665 +12,2%
5 9,5 à 11 m 2780 2785 3191 +14,6%
6 11 à 13 m 3363 3375 3869 +14,6%
7 13 à 15 m 4248 4185 4714 +12,6%
8 15 à 18 m 5121 5167 5721 +10,7%
9 18 à 24 m 6310 6817 7476 +9,6%

Nota : le prix de la place au Cap d'Agde a été actualisé par application du +5,4% (lettre Hugonnet)

Dans un climat de crise économique national, la lettre du Président de la Sodeal annonçant une augmentation minimum de 5,4% du prix de location de la place de port suscite de l'inquiétude chez les plaisanciers de la station qui sont principalement des retraités au pouvoir d'achat limité.

A la veille d'une réunion du Comité Local des Usagers des Ports du Cap d'Agde, il nous a semblé utile de porter à votre connaissance un état comparatif du prix de la place de port à l'année avec Port Camargue et le port voisin de la Grande Motte.

A l'origine de la création de nos ports, pour mémoire, plan d'aménagement Racine, tous les ports avaient des grilles tarifaires comparables et étaient gérés en régie municipale.

Notre étude nous a permis de constater qu'aucun port en gestion autonome appliquait une redevance environnementale.

L'absence de communication de la gestion des ports au CLUPP et au Conseil Portuaire depuis des années, comme l'a relevé à plusieurs reprises la chambre régionale des comptes ne permet pas de savoir si l'état taxe notre port de manière spécifique.

En effet, la base d’imposition d’une redevance environnementale est constituée par un produit estimé polluant ou une ressource naturelle, ce n’est pas le cas en l’espèce à priori, ce qui nous interpelle sur la destination finale de cette manne financière.

De gros efforts de gestion doivent être entrepris afin d’atteindre des objectifs réalistes qui permettent l'attractivité de nos ports, pas certain que les élus aient pris conscience de la réalité de la situation économique actuelle.

SO01090112.jpg

Mise à jour le 20 janvier 2023 ajout tableau comparatif 2011


Publié le : Jeudi 12 janvier 2023

​Infocapagde Réunion du CLUPP le 18 janvier 2023

convocation


Publié le : Lundi 09 janvier 2023

​Revue Presse Fermeture de la lagune de Thau

ML01050123.jpg

Midi Libre 05/01/2022

Les professionnels de l'étang de Thau sont sous le coup d'une interdiction de vente de leurs huîtres depuis le 30 décembre. Leurs instances professionnelles tentent d'estimer les préjudices économiques subis et sont dans l'attente d'informations sur l'origine de ce norovirus alors qu'aucune pollution de l'eau n'a été détectée.

Un arrêté préfectoral publié le 30 décembre a suspendu la récolte et la commercialisation des coquillages de l'étang de Thau (huîtres, moules, palourdes) pour une période de 28 jours suite à des cas déclarés de toxi infections alimentaires collectives. Des analyses effectuées sur les coquillages ont démontré la présence de norovirus.  Patrice Lafont, président du Comité régional conchylicole de Méditerranée, a réuni ce mardi les élus représentant les professionnels de la lagune touchés depuis le 30 décembre par la suspension de la récolte et de la commercialisation de leurs coquillages pour une durée de 28 jours.

Réunion de tous les partenaires le 11 janvier Un véritable coup de massue à 24 h du Réveillon du jour de l'an en termes économiques, bien entendu, mais aussi en termes d'image.  "C'est le désarroi complet, exprimait le président du CRCM. La vente du 31 décembre est la deuxième plus importante de l'année avec celle de Noël. Tous les lots qui ont été expédiés, il va falloir les rapatrier, détruire les produits sans parler de tous les frais qui ont été induits par l'expédition : la main-d’œuvre, l'énergie, l'emballage, le transport qui connaissent des augmentations considérables et historiques depuis un an. C'est de la perte nette qui ne se rattrapera jamais."

Tel était l'un des objectifs de cette rencontre : évaluer les dommages, recenser les entreprises en difficulté parmi les 460 conchyliculteurs de l'étang de Thau -qui représentent 2000 personnes- en prévision de la réunion organisée le mercredi 11 janvier prochain entre tous les acteurs de la filière. "Nous avons besoin très rapidement de pouvoir communiquer des éléments chiffrés bien que nous soyons sur un délai très court, poursuivait Patrice Lafont. C'est la première urgence et le court terme. Pour éviter d'avoir de la casse, on va solliciter nos partenaires sur des fonds nationaux et locaux. Nous avons aussi besoin de savoir quelles réponses on va nous appporter sur l'origine de l'événement et quelles garanties on va nous donner pour que cela ne se reproduise plus."

L'huître, une coupable idéale ?

Autre interrogation des ostréiculteurs : combien de temps la défiance des consommateurs va-t-elle perdurer?  L'huître ne serait-elle pas la coupable idéale en cette période d'épidémie? "Cela fait cinq ans qu'on reconstruit notre image sur la base d'éléments scientifiques entre autres les travaux de l'Ifremer qui ont démontré qu'en termes de qualité de l'eau, le bassin de Thau est l'un des exemples français et européen de restauration. Y a-t-il eu des recherches du norovirus dans d'autres produits alimentaires ? s'interroge Patrice Lafont.

Aujourd'hui, on cible l'huître parce qu'il y a un faisceau de présomptions à partir de cas d'intoxications déclarées avec des analyses qui confirment la présence de traces ADN du virus mais celles-ci ne permettent pas de quantifier ni de confirmer si on est en présence de fragments d'ADN ou de cellules actives. C'est pour cette raison que le principe de précaution s'applique et c'est normal. Nous ne disons pas que des huîtres n'ont pas contaminé des gens mais mettons les chiffres en face ! Nous avons une dizaine de TIAC (toxi-infection alimentaire collective, NDLR) recensés face à plusieurs millions de consommateurs qui ont consommé des huîtres de Bouzigues à Noël."

"Des exigences sanitaires drastiques" Sète Agglopôle l'a souligné dans un communiqué : la consommation de produits frais issus du milieu naturel impose "des exigences sanitaires drastiques". Mais d'où vient ce norovirus dont l'origine n'est pas naturelle et qui ne peut se reproduire unique que s’il infecte un humain ?

"La vraie question, poursuit le président du CRCM, c'est pourquoi, alors qu'il n'y a eu aucun événement particulier que toutes les analyses précédentes de la qualité de l'eau étaient bonnes, on se retrouve avec du norovirus dans les huîtres ? Il est inacceptable qu'en 2022, cela se produise encore sans qu'on n'ait de signaux d'alerte et il est impensable que cela se reproduise !"  Les pluies du 15 décembre, de l'ordre de 40 mm d'eau, ne sont pas suffisantes. "En 2018, on est monté jusqu'à 250 mm  et on n'a pas eu de fermeture de l'étang !"

Isabelle Jupin


Publié le : Jeudi 05 janvier 2023

​Les noeuds Apprendre le noeud de chaise

chaise

Le nœud de chaise est  le nœud le plus utilisé. Ce nœud forme un œil (une boucle) qui ne glisse pas.

Ce nœud peut être utilisé pour l'amarrage ou pour les voiles. Mais on peut aussi s'en servir pour rabouter deux cordages.

Ce nœud est idéal sur les cordages qui subissent des fortes tractions, il est résistant et se défait facilement même en ayant été très serré. En revanche pour le réaliser ou pour le larguer, il faut avoir du mou dans le dormant. Ce n'est pas un nœud qui se fait sous tension.

Il existe un moyen mnémotechnique pour se rappeler sa mise en oeuvre.


Publié le : Mercredi 04 janvier 2023

​Revue Presse Crise de la pêche

ML030123.jpg

Midi Libre 03/01/2023

L’ancien maire de Sète pointe du doigt l’Europe et le plan de sortie de flotte, qui accompagne financièrement les pêcheurs dans la destruction de leurs bateaux, et appelle à "conforter une pêche durable" en Méditerranée.

Face au déchirage des bateaux relaté dans nos colonnes et à ce qu’il appelle la "crise de la pêche méditerranéenne", l’ancien député-maire de Sète et pêcheur à la retraite François Liberti pointe du doigt "les choix politiques des libéraux de tous poils qui ont abandonné la souveraineté nationale de la gestion des ressources, des littoraux et des activités maritimes à l’Europe". "L'Europe finance la suppression de l'emploi" L’ancien élu communiste tient notamment l’Union européenne pour responsable de la situation. Il l’accuse d’avoir privilégié exclusivement l’arrêt de la pêche comme réponse aux questions environnementales et à la protection des ressources.

"À coups de subventions, l’Europe finance les plans de sorties de flottes et la suppression de l’emploi, laissant le littoral à l’envahissement touristique et immobilier, dénonce François Liberti. Ces subventions pour casser l’emploi seraient plus utiles à conforter une pêche durable et faire de la spécificité méditerranéenne un modèle de développement protecteur." Sur Sète, cinq chalutiers sur seize bateaux actifs ont d’ores et déjà signé le plan de sortie de flotte. Et d’autres s’interrogent.

Nicolas Zarrouk


Publié le : Mardi 03 janvier 2023

​Revue Presse Locations de bateaux et incivilités : les plaisanciers agathois pourraient perdre leur contrat d’amarrage

ML01190822.jpg

Midi Libre 18/08/2022

Cet été, des incivilités récurrentes ont été constatées sur le port du Cap-d’Agde.

Ces dernières années, les plaisanciers se mettent à devenir hébergeurs en période estivale. Les campings et hôtels, pourtant nombreux sur le littoral agathois, étant bien souvent pleins des mois à l’avance et ne relevant pas forcément de l’insolite ou de l’atypique, des propriétaires de bateaux décident de mettre à disposition leurs voiliers ou leurs cabines, pour une ou plusieurs nuit. Le tout, en passant par les plateformes de location de logements entre particuliers. Une pratique qui peut rapporter gros pour les propriétaires, avec des prix allant parfois jusqu’à plus de 150 € la nuit au Cap-d’Agde… Pour deux personnes. Tapages nocturnes, incivilités…

Seulement, depuis le début de l’été, des incidents ont été relevés par les plaisanciers voisins, toujours à quai sur leurs bateaux, parfois furieux de ne pouvoir profiter de leurs vacances dans la tranquillité. Tapages nocturnes, incivilités, utilisation abusive des parkings, rejets d’eaux noires au sein du port…

Des problèmes constatés, par la suite, par le service de sécurité portuaire, qui veille au grain sur les ports, et rapportés à Michel Tauler, directeur de la Sodéal, gestionnaire des ports du Cap.

Dans un communiqué, à la mi-août, ce dernier tire la sonnette d’alarme et met en garde les plaisanciers qui auraient tendance à mettre leurs cabines en location à des particuliers pour quelques jours de vacances sur la Méditerranée. "La presque totalité de ces locataires et utilisateurs n’ont aucun lien avec la plaisance et ne respectent en rien les us et coutumes des plaisanciers", explique-t-il.

Et de poursuivre : "En conséquence, si nos services sont amenés à se déplacer pour toute incivilité afin de rétablir l’ordre sur les pontons, nous nous verrons dans l’obligation, après un avertissement, de résilier les contrats d’amarrage de plein droit, sans qu’il en résulte une quelconque contrepartie." Sur un plan réglementaire, la location de bateau à quai pourrait s’apparenter à une location de résidence secondaire de tourisme, mais pourrait donc être limitée, voire interdite par les autorités locales.

Marie BOUISSEREN


Publié le : Vendredi 19 août 2022

​Revue Presse Deux groupes d'une quinzaine de dauphins sont observés très au large du Cap-d'Agde

ML01040822.jpg

Midi Libre le 04/08/2022

Ce mardi 2 août, en fin de matinée, le directeur de l'Aire marine protégée de la côte agathoise Renaud Dupuy dela Grandrive a pu photographier deux groupes d'une quinzaine de dauphins très au large du Cap-d'Agde. "Des rencontres toujours magiques avec les grands dauphins", a-t-il commenté.

Il était à bord du Catalina (Les Bateaux Agathois), labellisé pour observer les dauphins, au moment de cette jolie rencontre qui a permis "une séance de photo-identification".

A noter que la "veille au soir, déjà, ils étaient juste en face du Grau-d'Agde. Et ce jeudi, ils sont encore bien au large, en face de Valras", confie le spécialiste.

Mélissa Alcoléa


Publié le : Jeudi 04 août 2022

​Revue Presse Fête de la mer : entre émotion et fiesta, ce dimanche à Agde

ML02010822.jpg

Midi Libre 01/08/2022

Un vibrant hommage aux disparus en mer pour une 41e édition à l’image des précédentes.

Cette nouvelle édition de la Fête de la mer n’a pas dérogé à la règle. Elle a encore une fois été très suivie et a réuni plusieurs centaines de locaux et de touristes sur les quais Beaupré et Jean-Miquel notamment. Du tournoi de joutes le samedi soir au bal de clôture le dimanche soir, une grande partie du folklore local a été mise à l’honneur pendant deux jours.

Cependant, le point d’orgue de ces festivités était ce dimanche 31 juillet au matin. Le départ des plaisanciers, des petites embarcations et de l’Amiral de la Marine nationale au large du Cap-d’Agde pour y lancer des gerbes étaient, cette année encore, le point culminant d’une fête où l’émotion est de mise.

Hommage à ceux disparus dans la grande bleue Les élus et le Père Yannick Casajus, qui venait tout juste de bénir les bateaux, ont lancé des fleurs en mer pour rendre hommage à ceux disparus dans la grande bleue. Pendant que l’association de marins et marins anciens combattants portait le drapeau français pour "porter les honneurs", comme le répète son président, Bernard Fournie.

Le tout accompagné de bout en bout par la peña Bienvenida qui a poursuivi le show pendant l’apéritif de midi. Avant que ne prenne le relais la scène installée sur le Vieux-Port pour clore en beauté, et avec quelques petits pas de danse, un week-end d’hymne à la Méditerranée qui a plus que jamais résonné dans les têtes des marins, des pêcheurs mais aussi des touristes.

Paul-Roch BRUNETON


Publié le : Lundi 01 août 2022

​Revue Presse Quatre ports de plaisance se mobilisent contre les déchets marins

ML01010822.jpg

Midi Libre 01/08/2022

Les ports de Marseillan (ville et plage), Vendres et du Cap adhèrent à "Je navigue, je trie".

Cet été, 95 ports sont mobilisés, dans toute la France, contre les déchets marins via le programme "Je navigue, je trie" mené par l’association Gestes propres, qui incite les plaisanciers à trier leurs déchets à bord et les rapporter au port. Le slogan retenu pour cette 12e édition est "Rien par-dessus, tous mes déchets au port".

Collecte et tri des déchets

Vingt-cinq nouveaux ports ont rejoint le mouvement cette année, dont deux sur le littoral biterrois : Marseillan ville et Marseillan plage, qui viennent donc s’ajouter aux ports de plaisance du cap – d’Agde et de Vendres (le Chichoulet) déjà investis. Cette année, le dispositif bénéficie d’une nouvelle identité visuelle : un cercle représentant la terre, avec, à l’intérieur des formes graphiques pour symboliser la mer, la navigation et la circularité, le tout pour bien insister sur l’idée d’une préservation générale de la planète bleue.

Sur l’affiche de signalisation installée dans chaque port, les bons gestes sont détaillés, en cinq langues cette année. Les messages sont écrits simplement, pour rappeler, par exemple, que même un trognon de pomme ne doit pas être jeté en mer car il n’est pas assimilable par le milieu.

Les plaisanciers, et c’est aussi valable pour ceux qui, par exemple, pourraient prendre un goûter sur leur pédalo ou kayak, doivent absolument rapporter leurs détritus au port. Ils doivent aussi les trier. Les ports participants ont donc mis en place un dispositif complet de collecte et de tri.

Autre mesure : des cabas réutilisables dédiés au tri des emballages et papier sont remis aux plaisanciers et un distributeur de sacs-poubelles pour un self-service 24 h/24 est mis à leur disposition. Des cendriers de poche sont aussi proposés. Des équipes des ports assurent également la sensibilisation des plaisanciers.

Antonia Jimenez


Publié le : Lundi 01 août 2022

Zone de mouillages écologiques

phr1659184604.png

Vous voulez en savoir plus sur la zone de mouillage écologique de Brescou, nous vous invitons à venir découvrir notre présentation cartographique Visualiser


Publié le : Samedi 30 juillet 2022

​Infocapagde Les règles de barre

rdb05.jpg

Depuis des années infocapagde essaie de vous informer sur la vie de nos ports et la pratique de la plaisance dans nos ports et notre région. Nos développements cartographiques sont devenus des références qui sont appréciées au delà de notre périmètre local.

Il manquait une rubrique sur la conduite à tenir au commande de votre unité qu'elle soit à moteur ou à voile.
De manière ludique, nous avons réalisé une page qui vous permettra de réviser les connaissances que vous avez en matière de réglementation pour prévenir les abordages.
Venez la découvrir en cliquant sur ce lien


Publié le : Vendredi 01 juillet 2022