InfoVent InfoMer
18-05-2022 à 15:34

SSE   7 Noeuds

Rafales   12 Noeuds

Température mer 18°C

Historique

InfoRigolo
Le bonheur est un état d'esprit.
InfoVidéos

Publiée le 18-01-2020

InfoLocalisation
InfoTroc

2 Annonce(s) publiée(s)

Bateaux à moteur

Consulter

InfoSondage
Etalement des paiements place de port sans frais vous êtes
Résultats  Anciens sondages
  • Votes : 1054
  • Commentaire(s) : 3
InfoForums
InfoMèl
Recevez par mail les nouveautés du site.
InfoDon
Contribution à l'indépendance du site en le soutenant financièrement

InfoVintage

Revue Presse : Sète : La hausse du prix du carburant menace les pêcheurs

ML01190322.jpg
Il ne reste plus que 58 chalutiers sur toute la façade méditerranéenne. PIXABAY - DIMITRISVETSIKAS1969

Midi Libre 12/03/2022

Depuis le conflit russo-ukrainien, la flambée du prix du carburant impacte progressivement le secteur économique français. Aujourd'hui, le seuil des un euro du litre en gasoil a été atteint pour les bateaux. Une augmentation qui menace les pêcheurs sur leurs sorties en mer.

Depuis plusieurs semaines, les pêcheurs doivent faire face eux aussi à une augmentation du prix du gasoil détaxé. Si la semaine dernière, le carburant était à 45 centimes du litre, aujourd'hui il a atteint les un euro."Pour l'instant, il nous reste encore du gasoil dans nos cuves, acheté il y a deux semaines. Mais dès la fin de semaine prochaine, les stocks seront épuisés et l'activité risque d'être complètement arrêtée", s'inquiète Bernard Perez, président du Comité Régional des Pêches Maritimes et Elevages Marins (CRPMEM). Car ce dont les pêcheurs ont peur, c'est que la sortie en pêche ne soit plus rentable. Aujourd'hui, le carburant représente 30 % du chiffre d'affaires des chalutiers. "Avec l'augmentation du prix du carburant, cela va atteindre 55 à 60 %. Ce qui signifie que dès la semaine prochaine, certains chalutiers ne vont rien gagner, et la semaine suivante, ils vont carrément perdre", constate amèrement Raphël Scannapieco, le prud'homme major des pêcheurs de Sète.

Des conséquences économiques et sociales D'autant que dans le secteur de la pêche, le salaire des marins dépend du prix du carburant. Aux bénéfices liés à la pêche du jour sont déduits les frais, soit le carburant. "Ensuite les bénéfices sont divisés par deux, une part pour l'entreprise, et l'autre pour les marins. Et actuellement, le prix du gasoil augmente de cinq centimes par jour. Actuellement, cela équivaut à environ à 4 500 euros de plus par semaine, soit 15 à 16 000 euros par mois de surcharge. Il ne va plus rien rester pour les marins", poursuit Bertrand Wendling, président de l'organisation Sathoan. Une situation qui impacte d'ores et déjà les pêcheurs, dont 30 % de la flotte se voit obliger de rester au port. Un pourcentage qui pourrait dépassait les 50 % d'ici les prochaines semaines selon Bertrand Wendling.

Des conséquences en cascade
Pour Raphaël Scannapieco, de la Prud’homie de Sète, la situation en Ukraine et les répercussions que cela engendrent ne font qu’accélérer la mise à mal du métier.  "Jusqu’à présent, les petits poissonniers, quand ils viennent, ils savent qu’ils vont trouver leurs poissons. Mais si demain, les chalutiers sont obligés de rester au port, c’est même les plus petits métiers que l’on va tuer", dénonce-t-il. Pour lui, la décarbonisation de la pêche, le regroupement des criées ou encore la reconversion des chalutiers en hybride ou en électrique sont plus qu’une priorité pour sauver la profession en Méditerranée. " Aujourd’hui, avec ce qui se passe en Ukraine, il y a une porte qui s’est ouverte avec les autorités régionales et l’Etat. Il est temps d’y mettre un gros coup de pied."

La vente de poissons impactée Un scénario qui risque d'impacter fortement le marché du poisson. Car si le prix devrait avoir tendance à monter, du fait de la réduction des jours de pêche, ce qui inquiète surtout la profession est la vente. "Il y a une incertitude sur le fonctionnement des transporteurs. Car aujourd’hui, 70 % de la pêche est de l'export vers l'Italie et l'Espagne. Alors que déjà le prix du transport risque d'augmenter avec la hausse du prix du carburant, on ne sait pas non plus si les transporteurs vont se mettre en grève pour contester", soulève Raphaël Scannapieco.

Ce vendredi soir, les professionnels de la pêche se sont réunis à la Prud'homie de Sète pour discuter de la stratégie à venir notamment sur les jours de sorties de pêche et la gestion du carburant. "Mais ce qu'il faut qu'il y ait vraiment, c'est une volonté intellectuelle, universitaire et politique sur l'avenir de la pêche. Est-ce qu'ils veulent garder les pêcheurs ? Si oui, il faut qu'il y ait des aides conséquentes qui suivent pour les sauver", conclut Raphaël Scannapieco.

Emeline Andreani



Publié le : Samedi 19 mars 2022