InfoVent InfoMer
14-04-2024 à 16:42

ESE   5 Noeuds

Rafales   8 Noeuds

Température mer 12°C

Historique

InfoNavigation
InfoSondage
Faut-il revenir à une gestion du port en régie municipale ?
Résultats  Anciens sondages
  • Votes : 1079
  • Commentaire(s) : 10
InfoRigolo
Une fois que le bateau a coulé, tout le monde sait comment on aurait pu le sauver.
InfoVidéos

Publiée le 05-06-2022

InfoLocalisation
InfoMèl
Recevez par mail les nouveautés du site.
InfoDon
Contribution à l'indépendance du site en le soutenant financièrement

InfoMinisites

Revue Presse : Michel Tauler : « Créer une marque » Cap-d’Agde

ML0227012015.jpg

Midi Libre 27/01/2015

Recueilli PAR MÉLISSA ALCOLÉA
Entretien avec le nouveau directeur de la Sodeal.  

Costume bien mis, un petit côté dandy, Michel Tauler, 58 ans, vient d’être nommé directeur exécutif de la Sodeal, société d'économie mixte qui gère notamment les ports d'Agde. Stratège politique pendant des années en Île singulière, il fait son retour sur ses terres.

Né à Marseillan, vous êtes ici un peu chez vous. Comment vivez-vous ce retour ?

Je suis ravi. C’est une chance. Et ça me permet d’apporter l’expérience que j’ai accumulée aux côtés de Blanc à la Région et de Commeinhes à Sète...

Justement, vous avez un parcours plus politique qu’économique, quelle est votre mission à la tête de la Sodeal ?

Gilles d’Ettore m’a confié la direction de la Sodeal, bras armé de la politique touristique et économique de la ville d’Agde. C’est ma mission de la développer en partenariat avec l’office de tourisme. C’est une mission formidable et intéressante. Et même si je ne suis pas issu de la formation Sem (Société d’économie mixte, NDLR), j’ai déjà mené des missions économiques avec la Région. En 1988, aux Jeux olympiques de Séoul, on avait fait venir des entreprises et des producteurs locaux, on s’est servi de l’événement pour vendre l’appellation Languedoc- Roussillon. On a continué en 1992 à Barcelone (...) En 1996 à Atlanta, en 2000 à Sydney.

Ensuite, vous avez été pendant onze ans directeur de cabinet du maire de Sète François Commeinhes. Vous êtes sûr que la politique ne va pas vous manquer ?

Non. Ici, le maire est très impliqué pour sa commune et son territoire, il veut y installer une marque autour de la station, cela fait partie de la mission qu’il m’a confiée (...) L’idée est d’utiliser l’outil de la Sodeal pour amener une plus-value.

Quelle est votre ambition à travers ce poste et au-delà quelle sera votre touche personnelle, votre patte ?

Mon ambition, c’est de servir le territoire, via le port, l’économie, le tourisme (...) Il y a déjà une destination touristique qui compte, ils n’ont pas eu besoin de moi pour cela. Alors ma motivation forte, c’est de créer une marque, de la nourrir, de la développer. Avant la virgule du Nike, il a fallu beaucoup d’investissement, de lobbying. On a des atouts. J’ai la chance de bien connaître le territoire (...) Une marque, c’est aussi une réputation à enrichir en travaillant avec les acteurs professionnels concernés.

Avez-vous déjà une idée des gros dossiers qui vous attendent ?

Non, il est trop tôt. Je salue le travail fait par mon prédécesseur (Thierry Boucher, parti à la Sebli, NDLR). Il nous laisse un outil à l’équilibre. On me parle d’économie, de baisse des dépenses, mais je voudrais accompagner cela par une augmentation des recettes. Et c’est ma volonté de ne pas aller chercher les fonds publics pour renflouer les caisses de la Sodeal.

Pour vous, c’est une première, un poste de dirigeant comme celui-ci ?

Oui. Mais je ne suis pas en première ligne, il y a un conseil d’administration qui saura me juger. Je suis rentré avec beaucoup d’humilité, j’écoute, je me nourris, je m’informe, le temps me jugera, je n’ai pas pour habitude de fuir mes responsabilités.

Vous aviez plutôt l’habitude d’évoluer dans l’ombre. Être dans la lumière, ça aussi c’est nouveau...

Le seul soleil que je verrai ce sera sur la plage quand j’irai. Je suis directeur général délégué, je reste derrière un président et derrière mon employeur. Il m’a confié une mission qui me plaît mais ce n’est pas pour être dans la lumière. Je reste un technicien avec un devoir qu’on m’a confié.

Son CV

Né à Marseillan, Michel Tauler est entré à la Région en 1988, aux côtés de Jacques Blanc, en tant que chargé de mission. Il œuvre pour la promotion de la région. Il y restera jusqu’en 2002. Cette année-là, entre les deux tours des législatives, il rejoint le candidat François Commeinhes et devient dans la foulée son directeur de cabinet à la mairie de Sète. Un poste qu’il occupera pendant 11 ans. En 2013, il accepte la proposition faite par Élie Aboud et dirige sa campagne pour les municipales à Béziers. "Mon seul échec politique", dit-il. Récemment, il a aussi dirigé la campagne de Commeinhes pour les sénatoriales et était son attaché parlementaire jusqu’à sa nomination à la Sodeal.
Il est aussi le cousin du directeur de cabinet de Gilles d’Ettore, Jérôme Cavaillès.



Publié le : Mardi 27 janvier 2015