InfoSondage
Sectorisation des sanitaires, vous êtes
Résultats  Anciens sondages
  • Votes : 359
  • Commentaire(s) : 6
InfoVent InfoMer
14-06-2024 à 02:31

NNE   2 Noeuds

Rafales   4 Noeuds

Température mer 16°C

Historique

InfoNavigation
InfoRigolo
Un type sur six milliard! c'est moi...
InfoVidéos

Publiée le 05-06-2022

InfoLocalisation
InfoMèl
Recevez par mail les nouveautés du site.
InfoDon
Contribution à l'indépendance du site en le soutenant financièrement

Infocapagde : La planche à voile, une passion pour la vie !


 

La légendaire planche à voile (wind-surfer) a fait son apparition au Cap dans les années 75. Elle est encore là même si elle s'est transformée en fun-board, grâce à l'évolution des nouvelles technologies.  Depuis cinq ans, une concurrente de taille, le kite-surf a conquis les plus jeunes qui préfèrent surfer et voler au dessus des vagues.
Les anciens, les dinosaures, comme ils se plaisent à le dire, sont toujours là, à l'image de Walter le capagathois et de Jacques le biterrois. Ces adeptes irréductibles, même s'ils totalisent 145 ans, ont un mental de jeunots et se font plaisir, "solitaires, narcissiques et jouisseurs", comme disent leurs détracteurs.

Walter, on vous connaît ! Votre longue dégaine arpente très souvent les quais du Cap. Mais on vous connaît moins en mer quand vous êtes au taquet dans votre néoprène qui vous protège du froid, du sel et des UV ! Cette passion est née comment ?

Je rectifie ! J'arpente surtout les quais de Cap "Ouest" poussé par une irrésistible attirance pour la Plage Richelieu, le Centre Nautique et sa base. Cette passion est née d'un coup de foudre. Jeune enseignant, car à l'époque j'étais jeune aussi, je me suis retrouvé à Boulogne/mer, tout la-haut sur la carte à droite. J'ai alors connu les grands espaces, les plages immenses de cette côte d'Opale et des plans d'eau à l'infini. Un paysage magnifique, mais..le gros handicap, la température de l'eau et de l'air. Je ne pouvais profiter de cette nature généreuse et ma passion augmentait à l'égal de ma frustration.
Je décidais alors le grand saut vers la Polynésie avec dans mes bagages, un virus bien ancré. J'ai connu le paradis de la planche avec des conditions idéales, températures, alizés, lagon et la longue et majestueuse houle du Pacifique.
De retour en métropole, j'ai navigué sur les plans d'eau des Charente-Maritimes et puis la découverte du Cap avec ses eaux certes tumultueuses mais sans les contraintes des marées et des courants.
Je précise que je n'étais pas rentier et je consacrais donc une grande partie de mon temps à l'exercice de mes fonctions professionnelles.

Un été bizarre, pas un orage, de la tramontane quelques jours, un jour de beau temps et puis entrées maritimes et retour de notre vent dominant. Un peu lassant, non ?

Détrompez-vous, les conditions météo ont été extrêmement favorable à la pratique du fun-board. Nous devons être les seuls avec les pilotes de scooters à être satisfaits de cet été venteux. En effet, le fun-boarder est demandeur de vent et raffole de tirer des bords avec des vents de 20 à 25 noeuds. Ce qui requiert néanmoins une vigilance totale pour lire la force des rafales.

Vous avez gardé fière allure avec la marche et la planche mais arrive quand même un âge ou les rhumatismes rappellent les années.. Alors, en forme ?

Ce plan d'eau se mérite et la préparation physique est permanente pour compenser la jeunesse qui s'en va.
Toute l'année, sans aucune interruption, il faut être à la hauteur des conditions du temps, du spot (plan d'eau) et du matériel qui évolue dans le perfectionnement.

Si vous connaissez  les moindres recoins du Cap, vos parcours marins sont un peu monotones, non ?

La monotonie, connais pas ! Chaque run (bord) est une nouvelle recherche dans la perfection du règlage et du pilotage. Dans un temps limité, il faut tirer profit  des conditions climatiques pour réussir. Car, notre mare nostrum est bien capricieuse avec ses vents en force et en direction variables générant un plan d'eau chaotique.

 

Comment voyez-vous l'avenir pour la planche classique ?

Le marché de la planche va se partager entre les adeptes des deux techniques. Ce marché sera en constante évolution grâce aux matériaux composites toujours plus performants.

Avec le recul et votre présence sur l'eau, vous vous êtes fait une idée sur l'évolution des usagers de la mer et des mentalités. Quelle est votre avis ?

Je vous avoue que la cohabitation a été difficile avant 1990 entre planchistes, scooters et bateaux à moteur.
Une table ronde organisée par M. Méric, alors  Maître de Port, a réuni tous les représentants des associations d'usagers. Il a été défini un zonage des deux plans d'eau du Cap et une charte de bonne conduite, qui ont amélioré la sécurité des dériveurs légers, des planchistes et des plongeurs.
Actuellement règne une parfaite entente faite de respect et d'entraide. Et je tiens à souligner l'effort d'encadrement de la part des sociétés de location de jet-ski.
Mais, on aura toujours des problèmes avec certains bateaux puissants qui naviguent à grande vitesse dans notre zone.
Je tiens aussi à souligner un problème essentiel qu'est la sécurité. Livrés à eux-mêmes les pratiquants du fun-board et du kite, apportent instantanement secours à celui qui est en difficultés, directement ou indirectement en donnant l'alerte.
D'autre part, il y a des règles très strictes à respecter, notamment celles des priorités.
D'ailleurs, je remercie les plaisanciers, pilotes de scooters, bateaux de promenade et de pêcheurs qui nous laissent la priorité en cas de route de collision.

Walter, on sait que les marins sont sensibles à l'environnement. Que pouvons-nous faire pour préserver notre cadre de vie. Notre site peut-il contribuer même à son petit niveau, car je sais que vous vous connectez sur Infocapagde ?

Le cadre de vie et sa qualité relèvent de la volonté active de tous les usagers. Les médias, comme le vôtre, apportent leur contribution en relayant les informations précises et utiles.
La protection de l'environnement est le résultat de tous les gestes individuels au quotidien. Elle est l'affaire de tous et les lois certes louables ne suffisent pas.

Merci de votre aimable participation et selon la formule consacrée : Bon Vent !

Propos recueillis par notre correspondant : henri GEOFFROY


Publié le : Vendredi 24 août 2007